website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2009

En dehors de ça

2197810527_1.jpg
Je tuerai la pianiste
Afin que l'on sache
Que la vie d'artiste
N'est pas rose, n'est pas sans tache
Comme un navire qui tangue
Qui rend ses attaches
Je tuerai la pianiste
Afin que l'on sache
Que quelque chose existe

En dehors de ça

 

Je tuerai la pianiste ( Gérard Manset / Gaëtan Roussel- Alain Bashung )

Bleu Pétrole ( 2008 )

 

posté par Olivier

Commentaires

Ce que j'Aime ici c'est, voir une photo, un post, et savoir de suite, lequel (de mes plusieurs) de mes deux alcooloiques euh acolytes, est l'auteur de ce cette création!

Je peux savoir à coup sûr sans regarder le nom de l'auteur, qui de vous deux se cache ici; et ça; ça me plait beaucoup !

De vraies personnalités différentes, profondes, avec des réelles choses à exprimer!!

Je trouve ça top, de pouvoir comme ça en un clin d'oeil; vous identifier !

Et donc là, en arrivant sur ce post il y a quelques jours, je me suis là, Mon Olivier Cheyenne Apache; a encore frappé !!

L'indice, ben je sais pas, un tout, mais surtout, surtout, cette nudité qui revient...

Olivier; ça cache quelque chose

Écrit par : Greggory Eess | 31/05/2009

C'est vrai que c'est très intéressant de voir à quel point la lecture de l'oeuvre de Bashung peut être différente d'une personne à l'autre...

A part ça, la nudité...ça ne cache rien de plus qu'une fidélité à Bashung qui n'était pas le dernier à aimer les jolies femmes et à en parler dans certains textes pour le moins équivoques. Non ?

Et puis sur cette photo, on ne voit que le piano...

Écrit par : Oliver | 31/05/2009

Sur cette photo, cher confrère; on y voit... ce qu'on veut y voir !!
Moi, j'ai vu le piano certes, mais c'est pas le piano que j'ai vu en premier !
En premier, j'ai vu ce corps, ce joli corps; dans cette position...

Ensuite c'est bien vrai, dans la très grande première partie de l'œuvre de Bashung, ça parle de sexe; et de défonce !!
Puis par la suite, vers la fin; la défonce a disparu...

Vous êtes donc Très Cher Olivier, sur la bonne longueur d'Ondes...

Écrit par : Greggory Eess | 31/05/2009

Oui, comme tu dis la très grande première partie de sa carrière était très porté "fesse", mais ce qui est remarquable, c'est qu'à moins de s'intéresser à son oeuvre en profondeur, on ne s'en rend pas compte.

Contrairement à Gainsbourg, par exemple, où le sex est une évidence (provocation classieuse), chez Bashung, tout est en finesse et difficilement détectable pour les novices.

ENOOORME ce mec, je te dis ENOOORME !

Écrit par : Oliver | 01/06/2009

Les commentaires sont fermés.