website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2009

Madame rêve...

Totems qui la punissent.jpg

Madame rêve d'artifices
De formes oblongues
Et de totems qui la punissent

Rêve d'archipels
De vagues perpétuelles
Sismiques et sensuelles

D'un amour qui la flingue
D'une fusée qui l'épingle
Au ciel
Au ciel


podcast

 

Madame Rêve ( Pierre Grillet / Alain Bashung )

Osez Joséphine ( 1991 )

posté par Olivier

28/09/2009

Tel Alain Bashung...

3358786987_c697e7f3cb.jpg
Tu l'auras toujours ta belle gueule
Tu l'auras ta superbe
et.... je m'arrête là !

25/09/2009

Marc Besse rencontre Alain Bashung : Bashung(s) Une vie.

Couv' Marc Besse.JPG

 

Il faut les avoir bien accrochées pour finir cet ouvrage, bien accrochées pour lire les dernières pages de la 295 à la 302. Parce que l’on sent bien que la fin approche, la fin du livre (qu’on a tant plaisir à lire), mais également la fin tout court ; la fin de l’histoire. On le sent ça, et on le sait ; Et on y peut rien ! Les dernières pages de ce bel ouvrage, m’ont donc nouées la gorge, et fait ressortir les petites larmes de douleur et d’incompréhension. J’aurai pu arrêter de tourner les pages, mais ça n’aurait rien changé. Alors j’ai continué à tourner, et commencer à pleurer.

 

Avec ses phrases « courtes » et ses mots justes, Marc Besse retranscrit bien le dernier combat mené par ce boxeur hors-paire, boxeur qui a tant boxé auparavant pour sa liberté, sa musique ; sa volonté. Avec ses phrases précises où rien n’est de trop, Marc Besse m’a fait revivre ces cinq concerts de l’Année 2008, où j’ai eu l’honneur et le privilège, de voir devant moi, droit dans ses ‘tiags, cet Homme, plein de force dans la voix, de courage dans le corps, et de grande classe.

L’Imprudence, ce mot qui ne sonnera jamais plus pareil, L’Imprudence, The Chef-d’œuvre of the Maître . L’Imprudent, de la page 257 à la page 272, nous éclaire, nous transporte, nous téléporte au milieu de cette ambiance intime, feutré, où même les propriétaires des lieux ne peuvent entrer ; nous ; nous y sommes… Un chapitre (comme tant d’autres) que je vais lire et relire au plus vite, peut-être une nuit, pour bien absorber encore une fois l’ambiance retranscrite (c’est fabuleux).

Ici, dans les 302 pages (hors remerciements et discographie-filmographie) que nous livre l’auteur, rien est superflu, ni mot, ni phrase ; tout est précis ; nécessaire. Lorsque j’ai tenu ce bel ouvrage (car il est beau) avec cette gueule en couv’ et ses belles lettres blanches en relief pour la première fois entre mes mains, je m’attendais à un pavé encore plus gros, plus de pages, plus de Bashung ! Et l’écriture de Marc Besse est si juste, si précise si « fluviale » ; que l’on comprend après lecture, pourquoi il n’y a pas 500 pages dans cette bio tant attendue.

L’écriture est à l’Image de sont Héros, forte et économe.

Malgré la passion, on ne lit pas Bashung(s)s Une vie d’une traite, on le savoure, étape par étape ; petit à petit ; L’oiseau…

On y revient avec plaisir, on est content qu’il en reste de ce gateau.

Alors on retrouve, chapitre apès chapitre, les étapes les albums de notre Apache préféré. On s’imprègne des atmosphères voulues par L’Indien pour sa nouvelle galette du moment. Un album égal un virage. Un virage à 360 degrés bien évidemment. On se délecte de la précision et des informations, avec lesquels Marc Besse nous dépeint chaque préparation de la nouvelle galette. Les nouvelles envies du Bashung, ses remises en question, son refus du « copier-coller », même sous le poids du succès. Nos jeunes artistes peuvent prendre des notes…

 

En refermant le livre, on cerne mieux l’Animal, le discret Apache, le félin aux pattes de velour qui avance à pas feutré. Etre là où on ne l’attend pas. En refermant cet ouvrage, bien entendu, on regrette qu’il soit fini. Mais on en sait un peu plus sur le parcours, surtout sur la vision du personnage sur son travail, ses axes et ses envies. Elle est là la richesse de ce livre.

Au long de l’ouvrage, j’ai repensé à cette magnifique biographie, «  la Bio » de Serge Gainsbourg par Gilles Verlant. Titre : Gainsbourg.

Nous sommes là dans ce domaine. L’auteur s’efface devant son héros.

N'oublions pas la très belle préface de Jean Fauque, présent comme une sorte de fil rouge tout au long de la lecture. Tantôt en "tourneur" tantôt en Auteur, il est là présent, quand il fait chaud comme quand il fait froid. Là aussi, nous sommes éclairé sur cette relation, fusionnelle, cette complicité sur les routes, dans les gouffres... Je trouve ça tellement beau toutes ces années côte à côte avant de trouver le ton juste pour écrire et mettre en musique ensemble.

 

Alors, alors, si vous souhaitez savoir pourquoi Y’é n'en pé plou, pourquoi Madame rêve sur  Osez Joséphine et pas sur les plages Alcalines de Novice. Si vous voulez savoir pourquoi Play Blessure, savoir pourquoi le Lavabo au fond du couloir troisième porte à droite, si vous voulez savoir quel âge a réellement la fille du patron ; si vous voulez savoir tous ça, Rendez Vous Bande d‘Apache au Galop chez votre revendeur habituel.

Après cela, non seulement vous continuerez à faire monter l’aventure au-dessus de la ceinture, mais les Initiales B.B ne pourrons jamais rien dire d’autres pour vous que ;  Besse-Bashung !

 

Marc Besse

Bashung(s) Une vie

Albin Michel – 350 pages – 20 euros.

 

Greggory Eess

Comme à la radio...

Jean Fauque et Marc Besse.jpg

Il m'aura fallut faucher les blés, faire table rase du passé pour retrouver le vrai et les podcasts de l'émission de Sud Radio "Victoria magazine" qui accueillait, mardi 15 septembre, Marc Besse, le confident d'Alain Bashung, auteur de la biographie " Bashung(s) une vie", et Jean Fauque le parolier, ami du chanteur et auteur de la remarquable préface du livre.

Au cours de cette émission Victoria a également donné la parole à Jean Lamoot réalisateur de "Fantaisie Militaire " et de "L"Imprudence ", Ludovic Bource , un des anciens musiciens de Bashung ainsi qu'à un fan totalement hystérique que nous connaissons bien ici, mais dont je préfère, par respect, taire le nom...

Bashung, sa musique, ses mots, leurs mots, sa jeunesse, sa vie et l'influence qu'il a sur la notre, tout est ici évoqué avec pudeur, respect et passion bien sûr.

Merci à Victoria Valhner et Sebastien Brethenou de Sud Radio et à Greggory Eess pour cette exclusivité Monsieur Bashung.com.

 

podcast

 

364690414.jpg

podcast

posté par Olivier

24/09/2009

Une envie ... d'imprudence

lune.jpg

Avec Bashung, ce que j’adore ce sont ces pulsions. Il y a des moments il faut que dans les 5 minutes on écoute tel ou tel titre. Mais plus loin que ça la version à son importance. Une « petite entreprise » version Chatterton ou Confessions publiques, c’est vraiment pas pareil.

Donc hier soir, alors que mes yeux ne tenaient plus qu’avec la force de mes paupières, j’eu cette envie d’imprudence, et plus précisément de devenir noir, noir de monde. Cet hymne sombre et engageant, oui j’avais envie de m’y jeter.

 

Ces premiers mots : « En moi gronde une ville, grouille la foule dessaoulée, ses envies au hachoir… » et la on tombe dedans immédiatement. Une beauté d’ébène, de l’aorte à la carotide. Qu’on me dispense du son des leçons, que l’on me laisse tranquille, que l’on me laisse juste vivre pleinement ce moment d’extase, celui ou la voix du maître revient, "qu’on me disperse, je suis noir de monde…"

 

Le morceau s’achève, les yeux se ferment lentement, les frissons disparaissent de mes avant-bras, les quelques mètres me séparant du lit se font, paisiblement.