website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2010

Anecdote du soir

lebleuduciel.jpg
En regardant le clip de "Résidents de la République", ce soir, je me suis attardé sur un détail auquel je n'avais alors jamais prêté attention.
____
Le livre, ce livre: Georges Bataille, Le bleu du ciel
____
Ne l'ayant pas lu je me renseigne sur cette oeuvre qui semble: Bleu pétrole!
____________________________________________________________________
Description trouvée sur internet:
Long poème teinté d'angoisses, Le bleu du ciel est une métaphore de la mort, ou plutôt de notre rapport à elle. Pour alimenter cette belle analyse de notre vue du néant, Georges Bataille a choisi de rendre à la vie et au 'bon vivant'toutes leurs lettres de noblesse. Il raconte une vie d'excès - beuveries et nuits blanches - à partir et au terme de laquelle se dessine un certain ciel..
_____________________________________________________________________
.
Je ne sais pas vous, cela me donne envie de me plonger dans cet univers. C'est donc plein de réflexion et un peu abasourdi par cette description que je prolonge ma soirée.
___
Si vous l'avez lu, dites moi ce que vous en avez pensé.
___
"notre vue du néant": Des atomes fait ce que tu veux
sans parler de tout le reste...

Commentaires

Je pense que Bashung, qui était très cultivé, avait lu Bataille, un écrivain à découvrir pour ceux qui ne le connaissent pas.. Son univers est troublant. A la manière de Nietzsche ou Dante, il nous entraîne dans un monde cruel et érotique..
"Moi est Dieu et la mort de Dieu, la mort de moi"..

Écrit par : Anne | 15/01/2010

As tu lu cet ouvrage?

Écrit par : Etienne | 15/01/2010

je m'y intéresse beaucoup. merci. xoxoox

Écrit par : laura tattoo | 16/01/2010

Une bonne idée de lecture que tu me donne là, Etienne.

Je connaissais son nom mais je ne me suis jamais intéressé à George Bataille... En tous cas ta petite présentation donne envie d'y jeter un oeil et voir le bouquin entre les mains de Bashung encore d'avantage !!!

Écrit par : Oliver | 17/01/2010

En réalité, c'est le jeune homme dans l'avion qui tient le livre je crois. Seulement, dans ce clip, j'ai l'impression que Bashung donne la relève de tous ces combats à cet homme.

L'avez vous compris comme ça?

Écrit par : Etienne | 17/01/2010

c'est absolument bashung lui-même dans l'avion, il soulève le livre et nous montre le titre... le jeune homme agit sur la volonté de bashung parterre je pense. it's a "job"...

Écrit par : laura tattoo | 18/01/2010

Bonjour !
J'avais également remarqué ce détail en regardant le clip de Bashung, cela m'a rendu très curieux mais j'ai eu beaucoup de mal à trouver des informations sur ce livre j'ai donc décidé de l'acheter, je l'ai lu et beaucoup apprécié. C'est un livre d'angoisses face à la mort prochaine incarnée par l'éminence de la seconde guerre mondiale. Mais aussi d'espoir dans une Espagne tourmentée par les grévistes anarcho-marxistes. Ce n'est pas un livre d'histoire, on est pas oppressés par une analyse de tous les évènements de la fin des années 30, Troppmann essaie d'oublier sa peur de la mort en se livrant à la débauche aux plaisirs de l'alcool et des femmes. Troppmann est aussi absurde que cet orchestre d'enfants nazis qu'il aperçoit chanter dans une gare Allemande. On le sent fourbe, mauvais, et dégénérant mais il dégage de lui une grande élégance et une intelligence brillamment tournée. Tel Dom Juan. Ce roman serait il une interprétation moderne de l'œuvre de Molière ? En effet Troppmann fuit sa femme, Edith, qu'il a bafoué. A travers cette fuite il flâne de filles en filles, tout le plaisir est dans le changement. Il n'a pas peur, la statue du commandeur serait elle incarnée par l'arrivée inévitable de la guerre ? Pas de rédemption possible alors, Henri Troppmann doit se divertir de l'idée de la mort. Il l'affronte cette mort, par sa nécrophilie. Le cadavre de sa mère qu'il désire et duquel il profitera. Impensable, cette femme qui lui a donné la vie, morte, inceste post-mortem. Pourquoi ? Eros et Thanatos concept Freudien. C'est un livre aussi profond que le bleu du ciel d'été, à Barcelone. Il faut le lire, le prendre dans tous les sens essayer tant bien que mal de le comprendre...

Écrit par : Cascales | 19/03/2011

Bonjour Cascales,
Merci de cet instructif commentaire. Il est évident de ce n'est pas par hasard, si Alain Bashung tiens ce livre dans ses mains, il y a forcément une raison, et un message !

Merci à toi

Écrit par : GreggoryEess | 19/03/2011

Les commentaires sont fermés.