website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2010

Tes pensées

 

SNC19274.jpg

J'ai fait la saison
Dans cette boîte crânienne
Tes pensées
Je les faisais miennes
T'accaparer seulement t'accaparer
D'estrade en estrade
J'ai fait danser tant de malentendus
Des kilomètres de vie en rose


podcast



La nuit je mens ( Alain Bashung- Jean Fauque / Alain Bashung )
Fantaisie Militaire ( 1998 )

 

posté par Olivier

Commentaires

Peut-être ma photo préférée de Bashung je pense !!! Voilà pourquoi je l'ai choisie lors du premier post de ce (fabuleux ?) site !! Nu, avec sa guitare, quelle classe; j'imagine l'ambiance !!

Écrit par : Greggory Eess | 04/05/2010

Désolé pour mon ignorance, mais cette photo est d’un 45 tours ou d'un concert live? :)

Oliver, surprennent ces pensées qui apparaissent soudainement à la fin de l'image ! Belles pensées aux pieds de l'image plus belle…!

Écrit par : Marcella | 04/05/2010

Oui, photo absolument très classe ( l'originale...) à laquelle j'ai simplement rajouté les pensées, les miennes, celles de mon jardin.

Alors, Marcella cette photo était en fait la pochette de l'album instrumental intitulé "Réservé aux Indiens" uniquement disponible si ma mémoire est bonne (à voir !) dans l'intégrale de 1992.

Et oui, Greg, le Bash nu avex sa guitare, la grande classe !!!
ça me rappelle aussi le spectacle de Gallotta avec cette Marilou qui réaparaissait après le meurtre cullotte aux chevilles, nue derrière la guitare rouge qui symbolisait le sang... Un bel hommage à l'Apache, ce petit clin d'oeil aux indiens.

Écrit par : Oliver | 05/05/2010

Une chanson que j'écoute chaque jour depuis sa sortie, une révélation, du bonheur à l'état pur..
Je me rappelle les mots de Bukowski sur Fante :
" Un jour j'ai sorti un livre, je l'ai ouvert et c'était ça. Je restais planté un moment, lisant et comme un homme qui a trouvé de l'or à la décharge publique. J'ai posé le livre sur la table, les phrases filaient facilement à travers les pages comme un courant. Chaque ligne avait sa propre énergie et était suivie d'une semblable et la vraie substance de chaque ligne donnait sa forme à la page, une sensation de quelque chose sculptée dans le texte. Voilà enfin un homme qui n'avait pas peur de l'émotion. L'humour et la douleur mélangés avec une superbe simplicité. Le début du livre était un gigantesque miracle pour moi. J'avais une carte de la Bibliothèque. Je sortis le livre et l'emportai dans ma chambre. Je me couchai sur mon lit et le lus. Et je compris bien avant de le terminer qu'il y avait là un homme qui avait changé l'écriture. Le livre était Ask the Dust et l'auteur, John Fante. Il allait toute ma vie m'influencer dans mon travail. " Charles Bukowski, 1979

Ces mots collent parfaitement à mon ressenti en découvrant cette chanson. Je me rappelle que j'en avais imprimé le texte afin de l'apprendre comme on apprend un poème..

Écrit par : Anne | 06/05/2010

Ca alors, comme je suis heureux de lire les mots de Bukowski ici-même, sur ce site. Et particulièrement les mots de Bukowski sur Fante, John Fante, l'Auteur qui m'a rendu tant de choses possibles au point de vu écriture, l'homme qui m'a donné la possibilité d'abolir les barrières instaurées par l'école, par l'éducation scolaire, toutes ces règles inventées pour régir l'écriture, l'art, pour régir ce qu'on ne peut régir.

Cet Homme est extraordinaire, fin de vie cruelle pour ce géant de la littérature qui parle vrai, qui écrit vrai, qui écrit comme on vit, sans blabla ! Il a fait sauter en moi tout les verrous de l'écriture, il m'a donné le courage d'écrire, il m'a fait passer de l'écriture théâtrale à l'écriture littéraire, il m'a fait rêver, il m'a fait pleurer.

il y a quelques semaines, je me suis rendu dans une librairie où Brice Matthieussent, un des tout premiers à traduire son oeuvre, dédicaçait son dernier livre en tant qu'auteur. Lorsque j'ai su ça, j'ai couru à la librairie, et il m'a dédicacé une édition 10/18 le volume vert, regroupant " la route de Los Angles" "Bandini" et "Demande à la poussière" !! Tu ne peux pas savoir, le plaisir et la fierté que j'ai eu à rencontrer cet homme. Je lui ai expliqué ce que représentait pour moi John Fante, et je sais que nous sommes nombreux, une génération à mon goût, à avoir ressenti pour cet homme un vrai "culte".

Il est pour moi, avec Bashung et Gainsbourg, les âmes qui m'ont permis de m'affirmer, et de me révéler !!!

Merci Anne d'avoir évoqué cet Homme ici !! merci beaucoup !

Écrit par : Greggory Eess | 06/05/2010

Eh bien, après ces deux hommages de vous deux, je peux dire que vous avez complètement affolé ma curiosité, alors je veux rattraper le retard ! Un conseil pour m'orienter dans son oeuvre?

Écrit par : Etienne | 06/05/2010

OH Oui !!!
Demande à la poussière
La route de Los Angeles
Mon chien stupide
Bandini
Rêve de Bunker Hill

... A suivre !

Arturo Bandini, est le héros de la plupart des ces et ses romans. Ce personnage ressemble souvent à la vie même de son auteur, on le retrouve au fil des ouvrages avec un immense plaisir.

Il faut savoir, que John Fante, a repris ce fameux héros Arturo Bandini dans son dernier livre "Rêve de Bunker Hill", attribuant à son héros une forme encore plus accrue que dans les autres romans, un caractère encore plus trempé, plus de verve de pêche d'énergie; et de facétie. Et ce qu'il faut savoir, c'est que ce dernier roman, le grand John Fante l'a dicté à sa femme Joyce, car le diabète, dont il souffrait, avait fini par le rendre aveugle, et cul de jatte. Et ça...

Écrit par : Greggory Eess | 06/05/2010

ET beh ! Là ça ne rigole plus du tout...

Bon là, je suis bien obligé d'avouer mes lacunes et de reconnaître que vous avez ouvert ma curiosité.

Bukowski, je me souviens de sa prestation mémorable et alcoolisée chez Pivot dans les années 80. Ce passage TV, vu des années plus tard, je ne sais où, avait fortement ouvert ma curiosité. Mais je n'ai jamais franchi le pas.
Quand à John Fante, et bien, avec tout le bien que tu en dis Greg, il est évident qu'il succèdera au Eric Emmanuel Schmitt ( encore un alsaco...) que je suis entrain de lire. J'ai carrément hâte !

Merci Anne, merci Greg

Écrit par : Oliver | 06/05/2010

Eh bien merci bcp, je m'y attèlerai à mon retour en France !

Écrit par : Etienne | 06/05/2010

Les commentaires sont fermés.