website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2009

Alain Bashung - Volontaire

Mes Amours,

Vous permettez que je vous appelle ainsi n'est ce pas ?

Venez, venez là mes Chèris, regardez ce que le gentil Greggory Eess a trouvé pour vous.

Installez vous bien, callez vous bien, car pour moi, ce fut un immense plaisir.

Pour ma part, Chères Lectrices, Chers Lecteurs, Chers Vous Chers Vous; c'était La première fois.

Et comme nous pouvons tous l'admettre ici : Nous n'oublions jamais la première fois !

Alors asseyez vous; et dégustez !

21:36 Écrit par GreggoryEess | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook

Les grands voyageurs que nous sommes

fin.jpg

Avec Bashung, ce qui est merveilleux, c’est qu’on voyage. Jamais loin du réconfort. Tantôt dans les landscapes gelés, à perte de vue, dans les rues au soleil de plomb de Bombay, le torse bombez. Que voulez vous, nous passerons d’autres lignes.

 

Cette notion de voyage, de dépaysement constant, autant par les paysages que par les situations, aussi bien dynamiteur d’aqueduc dans le Vercors, grand voyageur sur le quai d’une gare ou un junkie, toujours sur la ligne blanche.

 

Par delà les abysses, par-dessus les vergers on est transporté. Qu’on me disperse, qu’on me dispache,  qu’on m’évapore. Noir de monde, d’endroits, d’idéaux

 

Je me retrouve en Corée, au pays des matins calmes, le bruit incessant des bombes autour de nous. Je me retrouve en Scandinavie sans un bruit, à perte de vue des lacs gelés.

 

Je comprends vos questions, je comprends vos prisons. Ce sont des ruelles, des cris des rituels.

 

Allez sublimes inquiétudes, passez de sas en sas, loin du réconfort. Mais surtout, surtout, que vos visites ne s’espacent pas.

Arno et Bashung

bashungetarno.jpg

Le seul bien fait a être bloqué du dos depuis 4 jours avec obligation de rester allité, est de pouvoir lire un maximum, et voir un maximum de film.

De ceux vus et très attendus : J'ai toujours rêvé d'être un gangster. De Samuel Banchétrit.

Et bien mon avis est le suivant.... Déçu ! Malgré de nombreuses belles présences, et de certaines scènes sympathiques.

En revanche, énorme plaisir de revoir mes deux héros réunis pour cette superbe scène; quelle rencontre  !!! J'adore  !

Mets t'en plein la vue

body+paint+soccer+girls.jpg

Ma femme s'est fait mettre un but
Par l'arrière-droit du Racing
J'aurais préféré le P.U.C.
Faut que j'en cause à Justine

En général les ballons
Ca la branche bien ma soute
Et c'est pas la seule
À aimer le foot

(...)

Mate, mate, aficionado ... Mets t'en plein la vue
Mate, mate, aficionado ...
Plein la vue

 

podcast

 

Afficionado ( Boris Bergman / Alain Bashung )

Pizza ( 1981)

 

posté par Olivier

17/06/2009

Monsieur Gainsbourg rejoint Monsieur Bashung.com

Copie de bv000032.jpg
podcast

Parce que pour moi, parce que pour Nous, Gainsbourg et Bashung sont si semblables, parce que pour Nous, l'Amour et l'intérêt que nous portons à l'Homme à la tête de chou est aussi fort que celui porté à l'Apache que nous disséquons en ces pages; il était évident pour nous dès le départ de cette belle aventure; qu'une rubrique dédiée à Gaisnbourg verrai le jour.

Que dire de toi, que dire de toi qui es mon Dieu absolu, qui m'a fait aimer les mots, la musique la culture l'écriture les jeux de mots.
Alors que je n'avais que 15 ans, j'avais demandé pour mon anniversaire, le coffret Gainsbourg, l'Intégrale. Malgré mes nombreux déménagements et ma vie parfois dissolue, il ne m'a jamais quitté. Même lorsque que ma vie tout entière s'est retrouvée enfermée dans des cartons faute de domicile à mon nom, même lorsque je n'avais qu'un ou deux sacs avec moi, tu étais là; et bien là !

A l'heure où tout mes congénéres partaient bouger les corps en discothéque, moi, je rentrais chez moi, enbué des vapeurs de diverses substances dont je fus si longtemps adepte, je plongeais corps et âme dans ton oeuvre si belle si profonde; si intente et novatrice. Je pouvais passer des heures, des journées, mais surtout mes nuits à lire et jouer tes textes magnifiques: La femme des uns sous le corps des autres; du jazz dans le ravin; l'alcool...

Tu étais ma vie et mon monde, mon rêve, ma culture à moi !! Comme j'ai eu la chance de continuer dans cette voix, quand je vois ce que tu m'as apporté, et ce que tu m'apportes.
Vous êtes tout deux de la même trempe, tous deux des ovnis, des précurseurs, des initiateurs, des créateurs, vous êtes tous deux bien au-dessus de ce qui s'est fait et se fait encore, vous êtes tous deux inégalables, vous avez ouverts les voies suivies par les chanteurs d'aujourd'hui, pour la plupart de pâles copies à mes yeux...

Gainsbourg, mon cher ami, tu as été le premier à savoir découpé tes phrases autrement que comme il était donné de le faire à l'époque. Tu as été le premier a faire tu talk-over, à créer des albums concept etc...

Et aujourd'hui, 18 ans après ta disparition, tu es mondialement reconnu et repris, c'est drôle la vie, après avoir essuyer tant de critiques au début de ta carrière...

Je suis heureux d'insérer  ta frimousse en ces pages, je peux ainsi, faire côtoyer au plus profond de mes rêves et de mes posts, les deux personnes qui ont su élever mon âme, ma conscience, ces deux personnes qui ont su me faire penser différemment, vous qui m'avez appris à retirer les oeillères que je pense ne jamais avoir remis, et qui me permets aujourd'hui de vivre... libre et et heureux !

Je n'ai pas fini d'écrire sur toi, d'écrire sur lui, d'écrire sur vous; car je sais ce que je vous dois  !!

Je vous dis infiniment Merci, et je vous embrasse; indéfiniment...