website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2010

Entretien avec Masataq

 

masataq.jpg

 

Masataq est un groupe que j’ai (nous avons ?) découvert par une intervention d’un des leurs sur le forum officiel de Bashung. Ce « band » venant du Canada nous proposait de découvrir une reprise de « La nuit je mens » ainsi qu’un morceau de leur composition rendant hommage au maître.

 

 

Entretien avec Frédéric Mas,  un passionné de Bashung et à l’origine du projet Masataq :

 

 

Masataq en quelques mots c’est quoi ? 

Arrivé du sud de la France en terres québécoises, en 2002, le guitariste et auteur-compositeur-interprète Frédéric Mas désire poursuivre son rêve : façonner une musique qui lui ressemble.  

Il entame d’abord une carrière solo d’abord sous son nom, avant de fonder le projet Masataq vers le milieu de la décennie.  Au fil du temps et des rencontres se profilent, des amitiés et des collaborations…

Dès le début de Masataq, Frédéric sera épaulé du batteur Martin Bélanger.  Quelques années plus tard c’est au tour de Dominic Fortin puis de Luis Huayanay Suero  de compléter la formation. Sur scène,  l’alliage de ces personnalités se transpose dans des performances intenses et uniques.

La musique de Masataq est authentique, instinctive et introspective. Des arrangements sophistiqués et des rythmiques recherchées se mélangent à un rock hybride progressif-alternatif-jazz qui fluctue entre finesse, puissance et rage.

Vos influences ?

Son résultat singulier est la fusion entre les racines européennes et américaines : de Noir Désir à Alain Bashung, en passant par Richard Desjardins, de Jeff Buckley à Tool, en passant par Radiohead et Rage Against The Machine…  Miles Davis, The Police, John Coltrane, Miles Davis, Weather Report, King Crimson, Meshuggah, etc. 

Comment s’est passé ta rencontre avec Bashung ?

Évidemment je connaissais comme tout le monde Vertige de l'amour, Gaby, etc.  Mais J’ai commencé à m’intéresser à lui à partir de Fantaisie militaire et  je suis réellement entré dans son univers lors de la sortie de L’imprudence. Là, ce fut un choc. Je pense que cet album fait partie des albums majeurs de la chanson francophone et de la chanson tout court.  Tout est dit dans le titre.  Il est allé très loin dans l'expérimentation tout en restant accessible, ce qui est très difficile dans ce genre d’exercice où l'erreur est souvent de tomber dans l’austérité.

Qu’est ce qui différencie Bashung des autres, le truc en plus chez lui ?

Ce qui me plaît chez lui, c'est surtout sa distance, son coté un peu loup solitaire de la chanson française.  Ses traits de caractères dans lesquels je me reconnais également.

Il s’est  toujours démarqué de la chanson varietoche bien  franchouillarde, néanmoins, même s’il était en marge, il était très conscient de ce qui se passait autour de lui.  Il suivait les courants mais à sa manière, en essayant toujours de se renouveler. Puis Bashung, c'est avant tout l’art de savoir s’entourer, de choisir les bonnes collaborations…

Bien sûr il a subit quelques écueils dans sa carrière, mais cela reste subjectif. Il restera toujours un modèle pour moi et pour beaucoup d’autres même si je n'aime pas « piedestaliser » les gens.  Il restait un être humain.

Un de mes grand regret sera de ne jamais avoir pu collaborer avec lui, ou tout du moins que nos chemins se rencontrent.

Puisque je ne pourrais jamais lui parler, je me suis adressé à lui directement par le biais d’une chanson. J’ai forcé le destin en écrivant cette chanson hommage (Alain) qui est une sorte d'exutoire.  Pour cela, j’ai volontairement mis des références à  ses textes et choisi des mots simples sans d'artifices inutiles.  J’ai mis beaucoup d’émotions dans cette chanson sous ses abords simples, une ballade rock, assez arrangée.  Il fallait que le je lui fasse honneur en toute humilité, c’était primordial pour moi.

Les autres membres du groupe le connaissaient il ?

Les autres membres du groupe ne l’on découvert que  par mon intermédiaire et malheureusement juste un peu avant son décès.

Ses albums que tu préfères?

Par ordre de préférence : L’imprudence, Fantaisie Militaire, Chatterton.

Disons que ces trois albums sont plus intemporels comparé à ceux des années 80, qui sont datés dans le son.  Néanmoins, il y a des perles dans chaque album…

Je pousse le vice, tes chansons préférées ?

 Je me dore, Faites monter, Fantaisie militaire (une autre de mes covers), Dehors, Alcaline, La nuit je mens pourtant je ne suis pas trop single mais celle là est une exception…

Je crois savoir que tu as assisté à deux de ces concerts, tu peux nous raconter ?

 Intense… Deux jours de suite, (Tournée des grands espaces), le premier, j'étais devant lui, j’aurais pu toucher ses cames tellement j’étais prêt, c'était comme surnaturel, irréel, le deuxième soir, j’ai voulu  avoir une autre perspective, une autre perception visuelle et sonore donc j’étais assis dans les gradins 1er rangée.

Aujourd’hui, nous voyons de nombreux groupes français chanter en anglais. N’avez-vous jamais eu cette tentation ?

J’aime chanter en anglais je ne m'en cache pas, je chante toujours des covers par plaisir.  Par contre, pour écrire des textes, il est évident que je suis plus à l’aise dans ma langue maternelle, et surtout plus vrai, ça dépend aussi du style de musique.  Le français incite à la chanson à texte alors qu’en anglais, cela n’est pas forcement nécessaire la musique et la mélodie est souvent plus en avant plan.  La langue est beaucoup plus facile à chanter surtout dans le rock. Pour vivre en Amérique, je suis confronté à ce problème tous les jours, cependant je trouve que les groupes  du Québec, mise à part les anglophones, sont beaucoup moins enclins à chanter en anglais que les français. Ça vient surtout du fait qu’ici le français est en mode de survie et  en plus, on est déjà en Amérique fait que l’anglais est moins « exotique » puisqu’on on cohabite avec les Anglais.

De toute façon il y a des groupes français comme Noir désir qui ont largement  prouvé qu’on pouvait faire du rock français en étant crédible. D'ailleurs pour faire un petit parallèle, ce que j’aime de Noir désir c’est qu'ils sonnent français et ne cherchent pas à sonner comme un groupe anglais. 

Pour conclure, l’actu de Masataq ?

Masataq vient de sortir en mai 2010 son premier album autoproduit, intitulé « L’homme renversé » (album dédié  à la mémoire de Alain Bashung).  L’album  est disponible en magasins ainsi que sous formes numériques (Itunes, etc.)

Depuis le début de l’année 2010, Masataq se produit régulièrement dans les salles du Québec dans des performances intenses et uniques.

Le premier single « Prends la vie comme elle vient » commence à tourner en radio depuis septembre 2010.

Pour en savoir plus : http://www.myspace.com/masataq 

19/09/2010

Bashung Interview France Bleu Pétrole n°5

 

Bashung- Cohen- Suzanne...jpg

 

 

Dernier épisode de l'interview que Bashung accorda à France Bleu Alsace au printemps 2008. Il y évoqua notamment avec une certaines mélancolie mais toujours beaucoup d'humour, les utopies des années 70, le général De Gaulle, mai 68 etc...

°

Pourquoi la reprise de Suzanne de Leonard Cohen ?

Par nostalgie de cette période ?
podcast

°

°

Pour une fois, je ne suis pas certains que la reprise de Bashung apporte énormément à l'originale de l'énorme Leonard canadien, mais elle aura permis de remettre à jour la très belle traduction de Graeme Allwright. Et puis, il est tout de même rare de trouver Bashung dans une telle douceur, alors ne boudons pas notre plaisir et laissons Suzanne nous prendre par la main pour écouter les sirènes de monsieur Alain.

°

Suzanne par Alain Bashung

podcast
°

°

Et en cadeau bonus, l'originale de Leonard Cohen en live at London.

 

 

Enfin, si vous n'avez pas suivi les premiers numéros, vous pouvez trouver l'intégralité des cinq épisodes de l'interview en cliquant ici:  Bashung, l'interview France Bleu Pétrole

 

A bientôt Olivier

07/08/2010

Bashung, interview France Bleu Pétrole n°4

bashung2-thumb-570x380.jpg
De retour chez MonsieurBashung.com après un petit break (salvateur ?), je vous invite à une reprise tout en douceur avec la suite de l'interview accordé par Alain Bashung à France Bleu Alsace au printemps 2008.
Cette 4e partie s'intéresse aux textes, aux mots issus des maux, l'identité bashungienne, sa marque de fabrique en quelques sortes.
°

°


Le langage "Bashung", pas facile à comprendre ?

podcast
°
°
Je rappelle également que "De l'aube à l'aube", l'émission dominicale consacré à Bashung continue tout l'été sur France Inter, juste après la messe, de 11h à midi...
°

°

Etrange été, à bientôt Olivier

15/06/2010

Bashung, interview France Bleu Pétrole n°3

Bashung cigarette.jpg
A tous les Afficionados, je propose aujourd'hui la suite de l'interview accordé par Alain Bashung à France Bleu Alsace au printemps 2008. L'Apache, nous éclaire ici sur sa méthode de travail, de ses débuts jusqu'à son ultime album. Encore une fois, il fait preuve d'une très grande humilité et d'une modestie non feinte...
3e partie

Alain Bashung se considère-t-il comme un créateur ?

podcast

 

posté par Olivier

02/06/2010

Bashung, interview France Bleu Pétrole n°2

Bashung-defie-le-temps1_articlephoto.jpg

Suite de l'interview accordé par Alain Bashung à France Bleu Pétrole au printemps 2008, avec,  à nouveau, une question et une longue réponse, mûrement réfléchie, dans ce podcast de 3'28".

 


2e partie

Pourquoi ce choix de collaboration ?

podcast

 

 

Posté par Olivier