website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2009

Apprends ton Play Back, Play Blessure

Bashung_-_Play_Blessures.jpg
 

 

 

 

 

Aahh, Quel plaisir de retrouver ce douillet espace, retrouver mon Cher Ami, ses photos quelques bribes de ses textes.

 

La semaine à venir va être, je pense, riche en événements et sensations. Tout d’abord, pour ma part, ça commencera avec  la sortie du nouvel album de Mathieu Chédid - M - Mister Mystére..

Ce titre existe déjà dans le dernier album en date de Brigitte Fontaine (Libido) que Notre Reine Nationale signe et interprète, poussée par les cœurs et les partitions de Mr M.

 

Il sera intéressant de voir les différences d’interprétations pour ce morceau donc, et puis très intéressant tout court de découvrir les nouvelles pépites de Mathieu Chédid.

Et puis bien sûr, celui que nous attendons tous, l’ouvrage de Marc Besse sur notre Cher et Tendre.

L’ouvrage est attendu, très attendu. Espérons que sa lecture sera comblée dignement cette attente. Quelques belles heures de lectures devant nous…

Vite, vite !!

 

 

 

Hier soir, tard, au beau milieu de la nuit fenêtre ouverte pour capter de l’air frais; j’écoutais : Procession !

Waoooo, quel morceau !! Même après toutes ces années, je trouve cet album comme venu de nulle part, incomparable (dans le microcosme de ma petite culture musicale) à aucune autre œuvre.

Aujourd’hui encore, je trouve cet album en avance, hors temps, totalement décalé. Si bien, qu’il serait difficile de le situer dans un contexte, une époque musicale, pour celui qui n’en connaîtrait pas l’année de création (1982).

Je parle de ce morceau, mais, tout l’album est comme ça !!

Bien trop jeune pour le savourer l’année de sa sortie, c’est quelques années plus tard que j’ai découvert l’opus !

Des nuits, des nuits entières « scotchés » par les matières illicites, par quelques verres de trop, en jouant mon Bashung devant ma glace, seul ou avec des potes ; passant en revue l’œuvre Bashungnienne.

 

Cet album nous amenait dans les abîmes, les méandres, difficile en effet de rouvrir les yeux après Procession…

J’croise aux Hébrides, j’envisage etc quelle folie !! Puis volontaire bien sûr.

J’en étais même rendu à rêver d’aménager  dans le 15éme Arr. Parisien, proche de la station de métro du même non, ligne 12.

 

Mon fanatisme n’aura pas eu raison de moi cette fois ci, et je resterai pour quelques années station Louis Blanc, ce qui n’a absolument rien à voir avec Bashung…

 

Après l’énorme vague Bleu Pétrole, une profonde (re)plongée dans Chatterton, idem pour Passé le Rio Grande, voilà donc quelques mois, que je n’avais pas écouté Play Blessures en entier…

 

J’aimerais pas qu’on m’ausculte

De quel droit

J’envisage un remake

Rien que sur moi

J’envisage de me revoir

Seul à seul

J’envisage…

J’envisage le pire

 

J’adore… sans compter !!!!!

 

On reconnaît bien là la patte Gainsbourg, dans la façon d’écrire, la découpe des phrases, les phrases courtes, les « sons secs »…

 

Et il aura fallu attendre 27 ans, pour que ces deux … de la chanson Française, puisse se retrouver de nouveau, confondre leurs mots, leurs musiques et leurs voix.

Il aura fallu attendre 27 ans pour entendre Alain Bashung interpréter ce qui est (à mes yeux) le plus grand album de Serge Gainsbourg devant Mélody Nelson (toujours à mes yeux) L’homme à la tête de chou.

 

C’est en effet du 27 Novembre au 19 Décembre 2009, que le théâtre du Rond-point accueillera cette rencontre culte, après avoir était crée à la MC2 Grenoble le 12 Novembre 2009.

 

J’en frémis, j’en frémis d’avance…

 

Rien que le doux bruit du rideau de perle qui ouvre l’album de Gainsbourg, ce doux bruit résultant de l’entrée de l’homme à la tête de chou, dans le salon de… Marilou.

 

J’en rêve, j’en frémis, j’en frissonne d’entendre la voix de l’Indien-Bashung fredonner :

 

Aux aurores, j’allais au café buraliste

Faire provision de fumigènes,

Et je demandais au pompiste

Derriere le zing, le plein de Kérozene

 

Toute une vie, toute mon éducation… Allié aux imitations Bashungnienne, nombres de fois, la voix tremblotante ; j’ai prononcé ces phrases…

 

 

 

C’est donc en attendant ces sorties littéraires, cette rencontre au sommet ; et avec un grand verre de Perrier-Pulco, que désormais, je me noie dans … Play Blessure.

03/09/2009

L'Homme à Tête de Chou par Rodolphe Burger

Hommage à Gainsbourg .jpg

Ce soir là, parmis les invités de Rodolphe Burger figuraient Mick Harvey, Fred Poulet, Daniel Darc et Jacques Higelin. Ce soir là, c'était le 10 juin 2006, et tout ce beau monde avait rendez-vous au Temple Réformé de Sainte Marie aux Mines pour célébrer le trentième anniversaire de "L'homme à Tête de Chou", le chef d'oeuvre de Serge Gainsbourg.

Rodolphe Burger s'était personnellement évertué à faire des volutes de sèches au menthol sur l'intégralité de l'album de 1976, comme il le fit  au Printemps de Bourges. Ses illustres invités l'avaient ensuite rejoint sur scène pour quelques reprises bien senties de "l'ami cahouette" comme par exemple un "Juif est Dieu" d'anthologie avec Daniel Darc où "Je suis venu te dire que je m'en vais " avec Jacques Higelin.

Et alors ?  Quoi de neuf et où est l'info me direz vous. Et bien, rien de nouveau et pas d'info, si ce n'est n'est un album live de ce concert, parut à 1000 petits exemplaires (dont 100 numérotés et signés ) et dont je suis un des heureux propriétaires depuis la dernière édition du Festival " C'est dans la Vallée", dont Burger est l'organisateur.  Je m'y étais rendu pour la projection du "Cantique des Cantiques" de Bashung et Chloé Mons en juin dernier, j'en avais profité par la même occasion pour m'accaparer, seulement m'accaparer cette petite rareté.

 

Alors en attendant la future version d'Alain Bashung et le spectacle de J. C. Gallotta, voici un petit cadeau, en quasi-exclusivité pour Mr Bashung.com: "L'homme à Tête de Chou" par Rodolphe Burger.

podcast

Et en extra une petite version de "Requiem pour un Con" où Jacques Higelin et Daniel Darc l'ont rejoint sur scène:

podcast

 

posté par Olivier

18/08/2009

Leonard Cohen à la Foire aux Vins de Colmar

C'est donc à Leonard Cohen qu'est revenu la mission de clôturer (en beauté) la partie musicale de la Foire aux Vins 2009 qui aura notamment vu passer des artistes variés et brillants, comme Charles Aznavour, Nina Hagen, Asaf Avidan, Charlie Winston, Cocoon, Pete Doherty, Tryo etc...Je refuse personnellement d'intégrer David Guetta dans cette short-list d'artistes !!!

Rentré plutôt déçu du concert de Nina Hagen, jeudi 13 août, j'attendais beaucoup du poète canadien et de sa voix abyssale. Sans plus de suspense, je le dis tout de suite et à haute voix, Leonard Cohen est un Grand , un très Grand, comme on en fait plus. Trois heures de concert à peine entrecoupé d'un entracte d'une trentaine de minutes, pour cet homme qui porte classieusement ses 75 ans, c'est déjà une performance mais avec ce niveau de professionnalisme, avec ce plaisir évident d'être là, devant nous, à nous interpréter toutes ses merveilles. Moi, je dis chapeau Mr Cohen. Vous m'avez étrangement rappelé le Grand, le très Grand et regretté Mr Bashung, celui de l'ultime tournée. Nulle doute qu'en prenant de l'âge, ses prestations scèniques se seraient rapprochées des vôtres, épurées mais émotionnellement forte.

La soirée était d'ailleurs, aussi, placée sous le signe de Bashung. En effet, à peine installer sur le béton de la coquille colmarienne, j'entends parler derrière moi...

"...L'Homme à Tête de Chou, de Gainsbourg, il l'a repris, ils vont en faire un spectacle..." "c'est un album des 70's, Bashung l'a repris en entier..."

Pendant l'entracte, au moment de commander ma bière, j'interpelle l'homme qui parlait derrière moi pour lui dire que "Variation sur Marilou" se trouve en podcast sur France Inter. Il savait, l'avait déjà écouté...Son compère me demande si j'étais aussi à Strasbourg le 8 octobre 2008.

-"Oui, biensûr, j'avais même le billet pour le revoir à Lyon"

-"J'ai trouvé ça très beau, mais dur, vraiment très dur" me répond-il...

-"Oui, mais la classe quand même" pour finir la gorge nouée.

 

Le spectacle de Cohen reprend avec dès la deuxième chanson "Suzanne", l'esprit de Bashung, est évidement toujours là, en cet endroit où 5 ans plutôt je le vis pour la première fois, pour ce qui restera à tout jamais comme mon meilleur concert, un poing dans la gueule, une très grosse claque, immense tout simplement.

SNC18568.JPGLeonard Cohen livre lui aussi une prestation réellement haut de gamme, pleine d'émotion et de chanson sublîmes. Sa grande humilité le poussera à présenter deux fois ses musiciens et choristes, puis encore de leur offrir un solo à chacun. Un grand homme, je vous dis,  lui qui passa plusieurs années dans un monastère bouddhiste. Un sage à la voix sans égale. Il quittera la scène après un émouvant "Je vous aime, je ne vous oublierai jamais" qui me rappela le terrible "vous m"avez donné tant d'amour, je ne pourrai jamais oublier cette soirée" de Bashung aux Victoires de la musique.

 

Mais la Foire aux Vins ne s'arrète pas là. Il y a des stands commerciaux, à manger et surtout à boire...c'est donc dans cette direction que nous nous sommes rendus, avec ma chérie. Et là, en face de moi, accoudé à un stand de vin d'Alsace, qui vois-je ? Qui donc ? Rodolphe Burger himself ! Cela n'a rien d'un hasard, son frère assure la programmation musicale de la foire. "Vas lui dire bonjour", me dit ma chérie. "Tu crois ?" "Ben oui, vas-y", dit-elle. Je décide donc d'y aller, de toute façon pour boire un coup, c'est par là aussi. Je m'approche, je lui tend la main, il me regarde et me tend ses bras avec un grand sourire, heureux de me voir, moi qui ne suis personne pour lui et qu'il a sans doute confondu sur le moment...l'euphorie lié au Sylvanner, peut être.

Je lui dis deux trois mots bidons du genre: "j'aime beaucoup ce que vous faites", et aussi "je suis un grand fan de Bashung"; Rodolphe rigole, je crois qu'il n'a rien compris de ce que je lui ai dis dans le vacarme du hall n°6. Mais bon, pas grave...je suis très heureux de l'avoir rencontré. Une chance d'ailleurs, il était sur le point de partir. Sa grande carcasse s'apprètant à tirer sa valise, avec toujours ce grand sourire aux lèvres.

Belle soirée donc, ce n'était pas un concert de Bashung, ce ne sera hélas plus jamais un concert de Bashung, mais il reste quelques artistes à voir sur scène. Leonard Cohen en fait encore parti, profitez-en, si vous avez l'oppotunité de le voir sur cette tournée européenne, n'hésitez pas, c'est un Grand, un très grand !!!

 

Ps: pour la vidéo, j'ai préféré en intégrer une officielle plutôt que les quelques extraits sombres, tremblants et aux sons minables que j'ai capté avec mon appareil photo...

 

posté par Olivier

17/08/2009

Un autre Al(l)ain

Etes vous la ?
Voila un autre Alain que j'ai découvert sur une radio qui est chère à mon coeur FIP pour ne pas la citer.
J'espère qu'il vous plaira autant qu'à moi.
Je n'ai malheuresement pas trouver la version où il chante seul, il faut se contenter d'un refrain repris par Olivia Ruiz.
Mon savoir informatique ne me permet que de vous offrir le lien un peu plus haut.
Mes excuses j'espère pouvoir rectifier ça à l'avenir !

12/08/2009

Brigitte Fontaine débarque chez MonsieurBashung.com

IMGP4570.JPG

Tu es mon Roi, et elle; Ma Reine.

 

 

 

 

La fin d'année sera définitivement belle. A quelques jours du tant attendu ballet autour de l'Homme à la tête de chou, je quitterai donc ma Provence d'adoption, pour y rejoindre ma Capitale natale, et ce; pour mon plus grand plaisir!

 

 

En effet, jaurai la chance et l'énorme plaisir de la voir, la voir elle sur scène une nouvelle fois, la première étant il y a quelques années maintenant, dans un petit thâtre Parisien, et là c'était... Divin; Unique  !

 

 

Voilà doréavant la dernière artiste avec Arno, pour qui je suis capable de traverser la France entière, gérer un planning des mois à l'avance prévoir voyage hébergement, juste pour la voir elle; la savourer  !!

 

Bien que le soleil tape encore de tous ces feux aujourd'hui dans le ciel Marseillais, et que cela est fort agréable; j'ai hate de voir les feuilles jaunir, le froid arriver.

brigitte_fontaine.jpg

Il y a un peu près douze treize ans, alors que je m'apprêtais à quitter Paris pour aller vivre à Londres, je passais les deux derniers mois Parisiens à partager l'appartement d'un ami avec qui je jouais au théâtre, afin de réaliser quelques économies.

Bien plus âgé que moi, nous échangeâmes bon nombres d'œuvres, et parmi cet échange, il me fît découvrir; Brigitte Fontaine!

 

Choc immédiat !!

 

 

Depuis, elle est ma Reine incontestée, au point que, lors de la création de mon premier blog, une partie de son nom figura dans la barre  d'adresse de mon blog  !!Dingue  !! Certains de mes proches amis encore aujourd'hui, allant jusqu'à me saluer lorsqu'il me rencontre de la sorte "Salut Brigitte!!!"

Cette femme est incroyable. Ce qui m'avait surpris lors du dernier concert, c'est la diversité du public. Beaucoup de jeunes, de trentenaires-quarantenaires également, mais aussi, beaucoup de personnes de 60/70 ans. Certains au style "marqué", puis d'autres, tout simplement comme on aime à imaginer et décrire nos petits grand-pères et grand-mères, petites laines, pantalons de velours etc

 

Bref la mixité de ce public m'avait vraiment réjouis, j'y voyais là comme l'évidence que Brigitte Fontaine est une grande artiste, avec une très belle plume, de très beau texte, doux long et soyeux  ! (enfin certains) Le tout sublimement mis en musique par Areski Belkacem, ton compagnon (entre autres).

 

 

Le concert avait duré trois heures, avec la présence notamment de Christophe, alors que la veille (snif snif) ben, c'est toi qui étais venu... J'imagine, j'aurai pu vous voir tous deux sur une même scéne (re snif) bref...

 

 

J'ai donc glissé dans cette enveloppe blanche estampillée "Brigitte Fontaine 16/11", cette belle place de concert, un billet A/R  en TGV, et la confirmation de ma nuit d'hôtel, afin de ne pas squatter les personnes désireuses de bien vouloir m'accueillir, et de pouvoir errer jusque bien tard dans les recoins bien connus de la Capitale  !

 

 

L'enveloppe orne donc mon bureau, tout comme ce fut le cas de nombreuses fois durant l'année 2008, pour toi Mon Grand Mon Cher; Mon Adoré.

Je n'oublierai bien sûr jamais que la dernière enveloppe a séjourner bien plus longtemps que prévue...

Et je m'autorise a penser aujourd'hui que, tu serais ravi d'accueillir aujourd'hui en cette Land qui t'es toute dédiée:

                                                                        

 

Madame Brigitte Fontaine

Parce que je suis conne