website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2009

Les grands voyageurs que nous sommes

fin.jpg

Avec Bashung, ce qui est merveilleux, c’est qu’on voyage. Jamais loin du réconfort. Tantôt dans les landscapes gelés, à perte de vue, dans les rues au soleil de plomb de Bombay, le torse bombez. Que voulez vous, nous passerons d’autres lignes.

 

Cette notion de voyage, de dépaysement constant, autant par les paysages que par les situations, aussi bien dynamiteur d’aqueduc dans le Vercors, grand voyageur sur le quai d’une gare ou un junkie, toujours sur la ligne blanche.

 

Par delà les abysses, par-dessus les vergers on est transporté. Qu’on me disperse, qu’on me dispache,  qu’on m’évapore. Noir de monde, d’endroits, d’idéaux

 

Je me retrouve en Corée, au pays des matins calmes, le bruit incessant des bombes autour de nous. Je me retrouve en Scandinavie sans un bruit, à perte de vue des lacs gelés.

 

Je comprends vos questions, je comprends vos prisons. Ce sont des ruelles, des cris des rituels.

 

Allez sublimes inquiétudes, passez de sas en sas, loin du réconfort. Mais surtout, surtout, que vos visites ne s’espacent pas.