website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2009

Leonard Cohen à la Foire aux Vins de Colmar

C'est donc à Leonard Cohen qu'est revenu la mission de clôturer (en beauté) la partie musicale de la Foire aux Vins 2009 qui aura notamment vu passer des artistes variés et brillants, comme Charles Aznavour, Nina Hagen, Asaf Avidan, Charlie Winston, Cocoon, Pete Doherty, Tryo etc...Je refuse personnellement d'intégrer David Guetta dans cette short-list d'artistes !!!

Rentré plutôt déçu du concert de Nina Hagen, jeudi 13 août, j'attendais beaucoup du poète canadien et de sa voix abyssale. Sans plus de suspense, je le dis tout de suite et à haute voix, Leonard Cohen est un Grand , un très Grand, comme on en fait plus. Trois heures de concert à peine entrecoupé d'un entracte d'une trentaine de minutes, pour cet homme qui porte classieusement ses 75 ans, c'est déjà une performance mais avec ce niveau de professionnalisme, avec ce plaisir évident d'être là, devant nous, à nous interpréter toutes ses merveilles. Moi, je dis chapeau Mr Cohen. Vous m'avez étrangement rappelé le Grand, le très Grand et regretté Mr Bashung, celui de l'ultime tournée. Nulle doute qu'en prenant de l'âge, ses prestations scèniques se seraient rapprochées des vôtres, épurées mais émotionnellement forte.

La soirée était d'ailleurs, aussi, placée sous le signe de Bashung. En effet, à peine installer sur le béton de la coquille colmarienne, j'entends parler derrière moi...

"...L'Homme à Tête de Chou, de Gainsbourg, il l'a repris, ils vont en faire un spectacle..." "c'est un album des 70's, Bashung l'a repris en entier..."

Pendant l'entracte, au moment de commander ma bière, j'interpelle l'homme qui parlait derrière moi pour lui dire que "Variation sur Marilou" se trouve en podcast sur France Inter. Il savait, l'avait déjà écouté...Son compère me demande si j'étais aussi à Strasbourg le 8 octobre 2008.

-"Oui, biensûr, j'avais même le billet pour le revoir à Lyon"

-"J'ai trouvé ça très beau, mais dur, vraiment très dur" me répond-il...

-"Oui, mais la classe quand même" pour finir la gorge nouée.

 

Le spectacle de Cohen reprend avec dès la deuxième chanson "Suzanne", l'esprit de Bashung, est évidement toujours là, en cet endroit où 5 ans plutôt je le vis pour la première fois, pour ce qui restera à tout jamais comme mon meilleur concert, un poing dans la gueule, une très grosse claque, immense tout simplement.

SNC18568.JPGLeonard Cohen livre lui aussi une prestation réellement haut de gamme, pleine d'émotion et de chanson sublîmes. Sa grande humilité le poussera à présenter deux fois ses musiciens et choristes, puis encore de leur offrir un solo à chacun. Un grand homme, je vous dis,  lui qui passa plusieurs années dans un monastère bouddhiste. Un sage à la voix sans égale. Il quittera la scène après un émouvant "Je vous aime, je ne vous oublierai jamais" qui me rappela le terrible "vous m"avez donné tant d'amour, je ne pourrai jamais oublier cette soirée" de Bashung aux Victoires de la musique.

 

Mais la Foire aux Vins ne s'arrète pas là. Il y a des stands commerciaux, à manger et surtout à boire...c'est donc dans cette direction que nous nous sommes rendus, avec ma chérie. Et là, en face de moi, accoudé à un stand de vin d'Alsace, qui vois-je ? Qui donc ? Rodolphe Burger himself ! Cela n'a rien d'un hasard, son frère assure la programmation musicale de la foire. "Vas lui dire bonjour", me dit ma chérie. "Tu crois ?" "Ben oui, vas-y", dit-elle. Je décide donc d'y aller, de toute façon pour boire un coup, c'est par là aussi. Je m'approche, je lui tend la main, il me regarde et me tend ses bras avec un grand sourire, heureux de me voir, moi qui ne suis personne pour lui et qu'il a sans doute confondu sur le moment...l'euphorie lié au Sylvanner, peut être.

Je lui dis deux trois mots bidons du genre: "j'aime beaucoup ce que vous faites", et aussi "je suis un grand fan de Bashung"; Rodolphe rigole, je crois qu'il n'a rien compris de ce que je lui ai dis dans le vacarme du hall n°6. Mais bon, pas grave...je suis très heureux de l'avoir rencontré. Une chance d'ailleurs, il était sur le point de partir. Sa grande carcasse s'apprètant à tirer sa valise, avec toujours ce grand sourire aux lèvres.

Belle soirée donc, ce n'était pas un concert de Bashung, ce ne sera hélas plus jamais un concert de Bashung, mais il reste quelques artistes à voir sur scène. Leonard Cohen en fait encore parti, profitez-en, si vous avez l'oppotunité de le voir sur cette tournée européenne, n'hésitez pas, c'est un Grand, un très grand !!!

 

Ps: pour la vidéo, j'ai préféré en intégrer une officielle plutôt que les quelques extraits sombres, tremblants et aux sons minables que j'ai capté avec mon appareil photo...

 

posté par Olivier

Commentaires

Dans ce post très bien narré, j'y ai lu et ressenti pleins de choses.
D'abord de l'émotion quant à Bashung bien évidemment.Je ne connais pas Leonard Cohen, mais j'imagine que cette tournée doit faire pensée à celle du Maître.
Et puis c'est tellement dur de s'imaginer ce qu'aurait pu nous offrir Bashung avec le temps...
Il y avait donc cette émotion très palpable, qu en effet à légèrement nouée ma gorge quand j'ai lu la recontre avec les autres personnes assistant au spectacle. Il est tellement difficile de parler de la "fin" du Maître, tellement...

Moi quand j'en parle, en même temps dans ma tête, y'a un écho qui fait... C'est pas possible !!!

Puis je dois bien avouer que j'ai bien ri, quant à la direction,avec le passage concernant Burger, et la petite phrase"Je décide donc d'y aller, de toute façon pour boire un coup, c'est par là aussi"...

Bon choix, bonne direction; j'aurai pris la même :) !

Et puis tout le monde n'a pas la chance d'être accueilli et reconnu de la sorte par Mr.Burger...

Je ferai en sorte notamment grâce à ce post, à me pencher sur le cas... Cohen !

Merci Mr Le Reporter; et Vive le Vin !!

Écrit par : Greggory Eess | 18/08/2009

Oui, le cas Cohen mérite que l'on se penche sur lui. Certains morceaux comme "Dance me to the end of love", "The Future", "The gypsy's wife", "I'm your man", "Chelsea Hotel","Democraty" ou "Alleluya" et "Suzanne" bien sûr ou encore "Waiting for the Miracle" B.O. du film "Tueurs Nés" sont de vrais chefs d'oeuvres...

Le "Live at London" donne une idée assez précise de l'ambiance même si sur disque certaines chansons peuvent paraître un peu ennuyeuses, en concert ce n'est jamais le cas.

Vive la Fraise et Vive le Vin

Écrit par : Oliver | 18/08/2009

Leonard Cohen est un sacré congénère. La vidéo donne vraiment envie de le voir sur scène, et sa voix, quand il chante I'm your man est tout simplement planante...
Peu de temps après que je me sois réinstallée sur Paris et peu de temps après la disparition d'Alain, je me souviens d'avoir vu des affiches pour son spectacle. Le costume noir, le chapeau, à chaque fois que j'en croisais une je pensais à une affiche pour un concert de Bash et mon coeur se serrait. Je trouve l'analogie marquante, la même classe et le même éclat.
5 mois déjà, so long Marianne !

Écrit par : HKG | 19/08/2009

Sacré congénère effectivement...

Moi aussi, c'est le chapeau et le costume ressemblants étrangement à ceux de Bashung qui m'ont attiré et poussé à me plonger plus en profondeur dans l'univers de Cohen.

Écrit par : Oliver | 19/08/2009

Oui c'est vrai que dans la gestuelle et le costume, le chapeau en prime, les deux chanteurs se rejoignent jusque dans la classe.
Il est difficile de dissocier les deux en regardant Leonard Cohen comme il est difficile de dissocier Alain et Tête de Choux en regardant Alain Bashung mais, chacun d'entre eux nous marque de manière différente.
Leonard Cohen est un grand monsieur dont l'éventail de ses oeuvres s'ouvre sur les poèmes autant que sur ses compositions. Le revoir sur scène me comble de plaisir et d'émotion surtout en le voyant chapeau bas envers ses accompagnateurs... Beau dans le respect. Quelle classe!
Merci à Olivier pour ce magnifique cadeau !

Écrit par : Bashunette | 21/08/2009

C'est ça oui ! Le respect du public et de ses accompagnateurs, la grande classe comme Bashung...chacun a sa façon mais avec en fond commun le talent, le génie, de la poésie et des compositions.

Preuve en est, j'étais entouré de gens qui aimaient Bashung autant que Cohen...et Gainsbourg aussi d'ailleurs.

Écrit par : Oliver | 21/08/2009

C'est parce que le Maître nous manque tellement que nous savons retrouver chez certains comme le grand Leonard Cohen, ce que nous admirions tant en lui.
Bashung, Cohen, Gainsbourg ont un dénominateur commum, talent et classe.
Qu'il est difficile de ne plus attendre le prochain album,clip,date de concert...
Je ne m'y fais vraiment pas.
Et vous? Avez-vous une astuce?

Écrit par : Bashunette | 21/08/2009

Chère Bashunette,

Pour ma part, je n'ai pas, et je ne vois pas de solution.
Et pourtant, comme tu dis, comme il est dur de ne plus guetter, de ne plus attendre; de se rendre à l'évidence.
Ce matin, j'ai visionné encore quelques vidéos issues de mon onglet Bashung; je n'y crois toujours pas !

Je l'aime d'un amour viscérale, profond, intense et désormais douloureux !
Parfois, devant une image, une vidéo, je peux rester bloqué, à le regarder; et me dire...non; ce n'est pas vrai !

Gainsbourg et Bashung ont en effet un talent et une classe unique, nous attendons donc, la fin d'année, pour ce rendez-vous au théâtredu rond-point, pour la rencontre de ces deux îcones, de ces deux maîtres; de mes deux pères...

Je t'Aime.

Écrit par : Greggory Eess | 22/08/2009

Je te lis Greggory et il me semble que ta blessure se colle à la mienne dans la puissance de sa symétrie...
Notre Maître, aimé, adulé, espéré dans l'attente de cette joie infinie de découvrir sa voix sur des compositions fortes de métaphores et vérités. Il "A" ce don de les exprimer, de nous les inculquer, de nous les faire adopter.
On l'attendra toujours je crois, hein?
Aujourd'hui encore, moi aussi je me dis... non; ce n'est pas vrai et c'est à ce point grave que je ne puis utiliser le temps passé simple ou composé.
Rendez-vous pris au théatre du rond-point, pour la rencontre de ces deux maîtres, nos pères, nos adorés...
Bonne journée à toi et à eux aussi,
Bashunette.... triste... triste... au présent, au futur.

Écrit par : Bashunette | 22/08/2009

A quelle date seras tu au Rond-Point ? (le théâtre bien sûr, pas le rond-point euh du quartier !!)

Écrit par : Greggory Eess | 22/08/2009

C'est toi qui devras me le dire cher ami car je me trouve au Brésil bloquée pour une histoire d'héritage.
Dès que tu me donneras une date, tu peux parier que j'y serai... au Rond-point théatre !!!
Nous verserons larmes et rires ensemble, tu veux bien dis ?

Écrit par : bashunette | 22/08/2009

C'est la 1ère fois que je mets un commentaire sur internet, alors
soyez indulgents, mais je ne peux pas résister.

J'adore Alain Bashung, son oeuvre, depuis les années 80, il est de ma
génération, dur son départ, c'est peu dire.

Le 16 aout, j'étais au concert de Léonard Cohen à colmar. Je vais
appuyer les propos d'0livier. Magique. Ce concert m'a remis en vie.
Pour moi, c'était impensable de le voir in jour sur scène, car depuis
les années 60 c'est un dieu de la musique, totalement inacessible qui
a inspiré et a été repris par les plus grands. Je me suis pincée et
me pince encore, oui, c'était bien lui.

Un concert d'une beauté totale,d'une pureté exceptionnelle, hors
normes, la voix, les choeurs, la musique, Javier Mas le guitariste
espagnol avec des solos à pleurer de beauté, Dino Soldo au saxo et
harmonica avec solos extraordinaires aussi,beauté du répertoire
aussi.

Il y avait une ambiance extraordinaire ce soir là, un état de grâce
sur scène et sur les gradins, le plaisir et le bonheur étaient là.
Une ombre bienveillante planait, un nom prononcé ici et là, et puis
Suzanne.

Sur youtube, quelques vidéos de ce concert, quelquefois difficiles à
trouver. lover,lover,lover, donne une assez bonne idée de l'ambiance.

Talent, intelligence, élégance,perfectionnisme, simplicité, respect
du public sont communs aux deux très grands.

Sur un site français consacré à Léonard Cohen, dans forum, puis
reprises, hommage à Alain Bashung avec joli montage vidéo sur
Suzanne.

Si vous le pouvez, courez voir monsieur Cohen , il ne reviendra
probablement plus en Europe, c'est un très GRAND, et c'est très
rare.Pour moi, qui n'ai pas eu la chance de pouvoir voir Alain
Bashung en concert, qui n'ai que les vidés, le concert de Léonard
Cohen est probablement le concert de ma vie, quelque chose de très
rare.

Merci Monsieur Alain BASHUNG, merci Monsieur Léonard COHEN pour le
bonheur apporté .

J'espère que tout cela est lisible et merci pour votre site.

Écrit par : Elisabeth | 22/08/2009

Merci Elisabeth pour ce précieux témoignage, parfaitement lisible et très émouvant...

"Une ombre bienveillante planait" comme tu le dis si bien et mieux que moi,merci.

Oui Leonard Cohen nous a livré une très grande prestation et ton commentaire nous en donne des détails précis que j'avais occulté dans mon texte pour privilégier la correspondance et le lien avec Bashung.

Merci de ta visite et pour ton mot et surtout n'hésite pas à revenir nous voir ici-même et à renouveler l'expérience du commentaire...

A bientôt

Écrit par : Oliver | 23/08/2009

Les commentaires sont fermés.