website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2010

Les dingues et les paumés

dingues et paumés.jpg
Si je m'exprime sur H.F Thiefaine ce soir c'est parceque, sur certains textes, la poésie et le rock s'expriment d'un commun accord. L'exemple ci dessous, "les dingues et les paumés", une illustration parfaite du délire narcotique et de la déviance liée à la prise de drogues...
De plus dans ses concerts on retrouve un Yan Pechin en grande forme ... que du bonheur !!
Degustez avec attention les phrases ci-dessous, écoutez sur le lien si l'envie vous prend !!
Les dingues et les paumés jouent avec leurs manies.
Dans leurs chambres blindées, leurs fleurs sont carnivores
Et quand leurs monstres crient trop près de la sortie,
Ils accouchent des scorpions et pleurent des mandragores
Et leurs aéroports se transforment en bunkers,
À quatre heures du matin derrière un téléphone.
Quand leurs voix qui s'appellent se changent en revolvers
Et s'invitent à calter en se gueulant "come on !"

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie.
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue.
Ils voient des rois-fantômes sur des flippers en ruine,
Crachant l'amour-folie de leurs nuits-métropoles.
Ils croient voir venir Dieu ils relisent Hölderlin
Et retombent dans leurs bras glacés de baby-doll.

Les dingues et les paumés se traînent chez les Borgia
Suivis d'un vieil écho jouant du rock 'n' roll
Puis s'enfoncent comme des rats dans leurs banlieues by night,
Essayant d'accrocher un regard à leur khôl
Et lorsque leurs tumbas jouent à guichet fermé,
Ils tournent dans un cachot avec la gueule en moins
Et sont comme les joueurs courant décapités
Ramasser leurs jetons chez les dealers du coin.

Les dingues et les paumés s'arrachent leur placenta
Et se greffent un pavé à la place du cerveau
Puis s'offrent des mygales au bout d'un bazooka
En se faisant danser jusqu'au dernier mambo.
Ce sont des loups frileux au bras d'une autre mort,
Piétinant dans la boue les dernières fleurs du mal.
Ils ont cru s'enivrer des chants de Maldoror
Et maintenant, ils s'écroulent dans leur ombre animale.

Les dingues et les paumés sacrifient Don Quichotte
Sur l'hôtel enfumé de leurs fibres nerveuses
Puis ils disent à leur reine en riant du boycott :
"La solitude n'est plus une maladie honteuse.
Reprends tes walkyries pour tes valseurs maso.
Mon cheval écorché m'appelle au fond d'un bar
Et cet ange qui me gueule : "viens chez moi, mon salaud"
M'invite à faire danser l'aiguille de mon radar."

http://www.youtube.com/watch?v=G3cFkaqhD0I

(Images issues des films "Trainspotting" et "Requiem for a Dream")

A propos des chants de Maldoror, j'en reparlerais bientôt sur ce même espace !!

 

Commentaires

Plutôt agréable de ré écouter ce Best de chanteur aussi mystérieux que populaire...
Les dingues et les paumés, oui peut-être que Bashung aurait pu écrire un titre comme-ça ! Mais je crois qu'il l'aurait dit autrement, il l'aurait suggéré peut-être; je ne sais pas !

La vidéo est plutôt intéressante je trouve, ça va bien dessus, bien rythmé !
Ce tube traversera les générations comme il le fait depuis des décennies, c'est drôle, ça ne vieillit pas en fait, ça reste ce que c'est... (bon je ne sais pas si je suis bien clair là, mais...)

et belle illustration, on dirait du Enki Bilal !?

Écrit par : Greggory Eess | 07/02/2010

Je pensais au Bashung de l'époque Play Blessure, un peu à la "Lavabo" !

Pour l'illustration, je dois bien t'avouer que je n'en ai aucune idée... en tout cas j'aime beaucoup !!

Écrit par : Etienne | 07/02/2010

A l'écoute de cette petite perle ressurgissent des visages oubliés, des souvenirs de soirées embrumée... toute une époque: "Aligator 427" et "Les dingues et les paumées" restent pour moi deux chansons indémodables, inoubliables.

Merci Etienne pour ce petit rewind !!!

En revanche, comme je l'avais déjà dit à l'époque sur le forum dans ton topic qui lui était consacré, Thieffaine a selon moi beaucoup moins bien traversé le temps que Bashung. Enfin, je trouve surtout qu'il ne s'est pas vraiment bonifié et que l'essentiel de son oeuvre d'un point de vue artistique date de la fin des 70's - début 80's.
Et même dans cette période dorée, musicalement tout n'est pas aussi réussi que "Les Dingues et les Paumés" qui est vraiment un chef d'oeuvre.

Mais bon, j'aime toujours beaucoup Hubert-Félix...

Écrit par : Oliver | 07/02/2010

D'accord avec ton analyse Oliv' !!
J'ai des doutes sur la notion de longevité... J'ai des doutes, est ce que vous en avez ?

Écrit par : Etienne | 08/02/2010

Le texte est beau.
Bizarrement, je ne l'imagine pas chanté par Bashung.. Trop agressif peut-être ?

Écrit par : Anne | 08/02/2010

http://fatrazie.centerblog.net/217651-bashung-thiefaine-meme-combat-

cela date de 2006 mais n'est quand-meme pas sans interet (ne vous trompez pas: malgre l'apparence - le trait final - c'est l'url complet).

Bien a tous et a toutes

Écrit par : Mark C | 11/02/2010

Merci pour ce lien assez intéressant ! Le parallèle entre les deux artistes est bien mené. Je ne connais pas assez HFT pour décrire aussi bien son oeuvre. En ce qui concerne Bashung, il y a deux trois petites choses que je ne partage pas, mais j'aime bien la vue d'ensemble !!

Merci Mark C, et à Bientôt j'espère !!

Écrit par : Greggory Eess | 11/02/2010

deux trois choses? allez, vas-y, explique-moi un peu!!

Écrit par : Mark C | 11/02/2010

c'est quelqu'un de nouveau pour moi... merci, greggory. xoxoxoox

Écrit par : laura tattoo | 22/02/2010

Mark C,

Désolé, je découvre ton dernier comment' just now !!!
Alors pour faire très vite (si besoin j'y reviendrai) voici deux/trois petites choses que je ne partage pas:

"Le reste, c’est d’abord « Chatterton », album difficile à appréhender, avec des morceaux dont le relief réel n’apparaît qu’en live dans « Confessions publiques »" J'aime beaucoup Chatterton, et j'aime beaucoup Confession publique, si belle tournée avec tant de souvenirs !! En revanche, je ne trouve pas que Chatterton soit un album sans relief, et je ne pense que l'on ai besoin d'écouter le live, pour apprécier la profondeur (donc le relief) de certains morceaux voire; de tous les morceaux !!



"Fantaisie militaire » est encore hésitant, angoissé, étouffé" Là encore, pour moi Fantaisie Militaire est une des perles les plus abouties de Bashung. Et je ne le trouve pas hésitant ni étouffé. Je trouve justement qu'il exprime au grand jour la force des sentiments d'une rupture, d'une séparation, un hommage ouvert à l'amour; aux non dits !!! Mais "encore hésitant" ne reflète pas pour moi cet album !

« L’imprudence » respire la sérénité (« Je me dore », « L’imprudence »). Malgré les deux morceaux que tu cites, et malgré le culte que je porte à l'imprudence, qui m'a sauvé, sortie de l'abîme, et accompagné dans une période aussi longue que sombre, et malgré en effet la couverture noire il y a de la lumière dans cet oeuvre, je en dirai pas pour autant qu'il respire la sérénité...


Bon voilà en gros... A Bientôt !!

Écrit par : Greggory Eess | 22/02/2010

Alors la, c'est un comble! Je suis tout a fait d'accord pour chacun de ces trois remarques. 'Chatterton', c'est le disque que tout le monde, a ce que j'ai vu, prefere ignorer - tandis que pour moi c'est un des deux albums vraiment reussi (FM, bien sur, est l'autre). Et FM, comme tu le remarques, n'est pas de tout 'hesitant' ni 'etouffe'. C'est le chef d'oeuvre, le disque ou il n'y a pas un seul morceau qui n'a pas droit d'y etre. Quant a 'L'imprudence', s'il y a serenite dans le sens d'un Bashung qui fait exactement ce qu'il a envie de faire, ce qu'il sait faire a ce point dans sa carriere, il n'y aucune serenite dans le contenu. Bien au contraire.

Merci de m'avoir repondu, mais surtout merci d'avoir dit tout haut ce que je pensais dans mon coin!

Écrit par : Mark C | 22/02/2010

Les commentaires sont fermés.