website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2017

La pluie qui tombe...


 

Il n'est pas encore trop tard ce soir... Tout cela dépend du lendemain, de l'heure à laquelle, nous avons pour mission de nous redresser sur nos gambettes le lendemain matin...

Cette petite ritournelle, que je tiens comme un chef d'oeuvre de Mr Darc, hante mon esprit. Trés souvent, trop souvent, bien trop souvent, elle occupe mon espace crânien et auditif; elle a comme un côté addictif. Cette version Live est particulièrement touchante, déroutante, envoutante...

Cette ritournelle dis-je, ces accords, ces paroles, me renvoi inlassablement, au même moment, au même instant, à la même période que je n'aurai aimé vivre, mais que j'ai tout de même vécu.

J'ai écouté, écouté et écouté, en boucle, cette chanson, ce petit poème, cette ritournelle - bref, je vous laisse le soin de la nommer, je n'aime pas nommer les choses- ; durant des kilomètres et des kilomètres, avec, cerise sur le cookies, de la pluie, sur le pare-brise de mon auto...

Je pense en effet, que les regrets ça y reste jusqu'à ... Durant ces kilomètres donc, ou cette petite mélopée tournait en boucle, j'ai bien compris, que c'était l'heure de ne pas avoir de regret; alors j'ai fait en sorte que...

Cette petite chansonnette, est donc éternellement liée à ce moment, cette période de ma vie qui laisse un gouffre abyssale, cette perte, cette douleur incessante que je n'arrive pas à évoquer, cette disparition programmée, voire naturelle.

Alors que je traversais ces interminables kilomètres entre Bordeaux et Marseille, lorsque je sentais cela inévitable, vitale; indispensable, les présentes notes giclaient de mon auto-radio dans ma confortable auto, et; dans le noir de la nuit parfois, je me sentais fort seul allant affronter de vrais difficiles moments de vies. 

Si vous comptiez sur moi ce soir pour une note positive, changez de page... Cette musique, ces paroles, font dorénavant partie de ma vie, tout comme la disparition programmée de mon papa...

je regarde par la fenêtre de mon salon, il est 00H04, la ville semble dormir, apaisée; tranquille. Suis-je la seule âme agitée ce soir, la seule âme à ressasser... Je ne pense pas !

Je vous souhaite la Force et la Tendresse, ces derniers mots chers à notre bien-aimé, notre adulé Bashung, lors de sa dernière tournée; le courage n'est pas donné au premier venu...