website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2010

Les liens invisibles

article_photo_1237525909500-1-0.jpg






Je me souviens de la scène, de l'annonce, du choc. Placé là au coeur du thorax. Pas malaxé cette fois. Enfoncé comme un javelot destructeur, perforant l'âme. Les jours suivant, mes états d'esprit changèrent sans cesse, il y avait ce vide qu'une seule voix pouvait combler. Ces larmes qui vinrent souvent me trouver, elles savaient sortir de mes prisons.

-

Emotions censurées, j'en ai plein le container

-

Il faisait déjà chaud dans le sud de la France.

La vie continuait, les mois défilèrent à l'image de cet express inébranlable que rien ne peut arrêter.

-

Le dimanche à Tchernobyl

Mes paupières sont lourdes
Mon corps s'engourdit

Chaque jour se rit de moi
Indolore

Tu m'irradieras encore longtemps
Bien après la fin
Tu m'irradieras encore longtemps

Au delà des portes clauses

-

L'année resplendissante annoncée tint assez bien ses promesses, malgrè tout, il fallait continuer, que ce soit sur ces pages ou ailleurs.

Je partis pour l'une des plus belle expérience de ma vie, il vint avec moi, "par delà les abysses, par dessus les vergers". Il y a ces liens invisibles qui nous relient, les moments où mes choix sont orientés, où je me sens épaulé, où une force me guide et me pousse à me dépasser.

-

À perte de vue
Des lacs gelés
Qu'un jour j'ai juré d'enjamber,

Donnez-moi de nouvelles données...

-

Il sera toujours la, j'en ai la conviction.

-

Mort, où est ta victoire?

-

J'envisage,  l'avenir plus sereinement en sâchant cela.  Continuons à le faire vivre, ses oeuvres traverseront le temps. Regardons vers l'avant.

-

Afin que rien ne meure

-

bleu.jpg

Merci à Greggory et Oliver

Merci aux fidèles lecteurs

Merci aux voyageurs de passage

et surtout merci à Monsieur Alain Bashung, pour tout...

Commentaires

Bashung, Bashung...

Son génie m'étonne de plus en plus...et plus que jamais je pense a lui.

…liens invisibles, oui...

Merci Etienne, Gregory et Olivier pour ce beau espace.
Je vous embrasse en cette étrange nouveau jour ...

Écrit par : Marcela | 14/03/2010

C'était à Paris, tout près de chez lui.. Assommée, j'ai pris la contre-allée qui emmène dans cette rue du XVIIIème qu'il aimait tant..
Jamais un jour sans lui.
Les liens invisibles qui retiennent aussi fort que des chaînes..
Aujourd'hui est jour de recueillement.

Écrit par : Anne | 14/03/2010

Merci à tous et pensées bashungiennes pour panser vos plaies et blessures.

Écrit par : Jérôme | 14/03/2010

Il continue de vivre, là, dans nos coeurs et nos esprits. Par sa voix, ses mots, sa musique...
Nous avons allumé une bougie pour lui qui a su nous enflammer.

Écrit par : Lionel | 14/03/2010

aujourd'hui une bougie brule au fond de mon coeur,malgré la douleur il continue d'incendier ma vie.

Écrit par : brigitte | 14/03/2010

Merci Etienne, très bel hommage...

Le Pyromane a incendié nos vies, ouvert nos canadairs !
Le lien invisible, ça s'appelle l'esprit et il est bel et bien présent ici et ailleurs...
Alors, tant que soufflera la tempête, je saurai à quoi j'aspire !

Merci à tous de votre fidélité, de vos visites, de vos comment', de faire vivre le Bash avec nous. Merci Greg pour cet espace de vie !

Écrit par : Oliver | 14/03/2010

C'est bien Etienne.
Malédiction, un an déjà.
Cà n'a pas été une année vraiment resplendissante comme le disait si bien Jean F récemment.
Mais il vit encore et pour longtemps, grâce à ce qu'il a "est ce aimer"sur le forum aponyme, sur ce site (good les gars, pas toujours d'accord avec vous, mais votre amour pour Bashung est indéniable).
A nous de transmettre et de faire découvrir (bravo à Laura Tatoo pour son initiative).
Oui elle brule la flamme du Bash et ne s'éteindra pas.

Écrit par : Ouessant | 14/03/2010

Le lien invisible je l'ai senti cet après midi au Père Lachaise devant sa tombe minimaliste (pour ne pas dire minable) devant cette plaque de béton surmontée de bouquets.

Ce matin sur mon paquet de clope : la mention "fumer provoque le cancer mortel du poumon" m'a fait rire jaune, y'a pas de hasard bordel.
Alors j'en ai grillé une avec lui, adossée à l'arbre près de la dalle en pensant que quoiqu'il arrive sa musique raisonnera, sur les sites sur les ondes outre-atlantique, l'irradiation ne fait que commencer.

Je pense à vous les aficionados et vous souhaite une nouvelle année resplendissante.

Écrit par : HKG | 14/03/2010

Je n'suis pas Martine mais aujourd'hui, j'avais 'hachement envie qu'on m'aime c'était pas vendredi pourtant, j'ai boudé !
Un an... déjà... quel vide...
pas un jour sans y penser...
le plus difficile, pour moi, c'est d'avoir perdu ce délicieux moment d'attente qui délimitait les espaces, les grands espaces Du Bash' entre ces galettes ...
(ouais chez moi, chez nous d'ailleurs... mon fils utilise le même raccourci... on donne du Bash' au grand Alain Bashung... )

Il n'y aura plus d'Imprudence, de Fantaisie, de Blessures et je n'arrive pas à l'intégrer!
J'ai du rêver trop fort...
J'ai perdu mon héros, encore la faute à Dylan !
Oh certes le marketing a su de suite nous gaver !
Les marchants du temple savent farpaitement (désolé, suis aussi fan d'Obélix bourré! ) alimenter les douleurs !
Je garde un peu en travers de la gorge (non pas pour le prix mais pour la pauvreté de la proposition! ) le coffret métal DVD dont j'ai déjà oublié le nom...
j'avais déjà tout sur un DD...

Le coffret (perso c'est mon 3eme du Bash'... et je pense que je ne suis pas le seul ici ) m'a aussi un peu énervé... 99 euros pour 5 inédits et encore je compte large... c'est gavant !


Mais c'est pas le sujet, c'soir...
C'soir, y a un mec, un mec énorme... que j'ai découvert grâce à Lenoir, à la 1ere sortie du Gaby mythique... alors l'oreille collée au transistor planqué sous l'oreiller, minot... j'ai galéré dans ma bretagne côtière pour m'l'choper, l'45 tours...
il est toujours là... faut bien des objets quand les génies dévissent...
et j'ai gonflé tous mes potes de 6eme avec ça...
depuis, j'ai pas lâché...
je gonfle tout le monde avec Le Bash'... toujours..
je grave de la compil'...
j'offre...
je fais découvrir...

Ce soir, moi, j'découvre encore un truc avec le Bash'...
c'est que 365 jours après son foutu départ, ce mec me manque toujours, toujours autant... et que c'est pas fini, qu'il y a un lien... éternel... que toujours j'y retournerai, au Bash'.
Voilà, c'est ainsi.
Y a tatouage mental.

Durant cette année, surtout au printemps 09, j'peux vous dire que...
j' ai chialé , seul, au bureau, comme un môme...
j'ai bientôt 44 ans...
je me suis limite inquiété sur ma santé mentale quand , des semaines durant, mon 1er geste au cabinet était de passer sur Google lire les news reférentes au Bash...
Y m'fallait une dose, j'avais perdu ma béquille...
J'étais mal, juste mal je crois... Personne n'avait eu chez moi, avant, un tel impact.
Et des héros Rock, j'en ai perdu depuis le mois de Mai 80 et Ian C.
J'en ai causé, autour de moi, de ce mal-être...
Mon père m'a raconté ce genre de désordre intime à la mort de Brel chez " pas mal de monde".
Le désordre intime étant son métier, j'ai pesé le poids du Bash sur l'inconscient collectif...
Comme Brel... c'est pas léger...
J'ai repensé à la seule reprise Bash' - Brel...
c'était déjà une histoire de mourant... j'ai souri, un peu.

Y a eu des poings serrées dans la bagnole, souvent alors que résonnait ce terrible "un jour je parlerai moins" du Pétrole, bleu...
comme nos âmes ce soir...

Mais !

Bashung est éternel, vous êtes tous là...
Bashung est éternel "et je vous emmerde tous"...
d'émotion !
j'ai mis du papier carbone et chopé des haricots en boite !

"Continuez comme ça, continuez comme ça... ohé ohé... "

Un an après, je sais que la vie ne sera plus jamais comme avant...

Je lis ce site tous les jours, enfin je passe voir s'il y a du neuf...
je lis toujours.. parfois je chope même une des photos...
vous êtes tous "resplendissants"... et j'ai pas le (rio grande) bravo facile...

Je n'avais jamais osé écrire... ici...
Mais un an sans le plus grand, le plus couillu, le plus rock'n'roll, le plus beau, le plus élégant, imprudent, classe , risquetout... faut bien la faire mouiller la machine...
(hey les mecs, sans dec'... depuis" les grands espaces" qui lui arrive à la cheville sur scène? avant, on peut causer... mais depuis cette tournée, hein? )


du coup, j'ai fait dans l'bavard... désolé...
Bravo au(x) mec(s) qui gère(nt) les manettes de cet endroit de vie et d'échange... super boulot !


Soyez Imprudent, toujours...
C'est le message le plus important, je pense, de Monsieur Alain Bashung...

Écrit par : Yann | 14/03/2010

bien beau texte, merci Yann

Écrit par : brigitte | 14/03/2010

Waouh ! Yann, là tu me scotch! Terrible, cruel, captivant !

Merci de ton témoignage, merci de tes visites, merci pour le Bash;

Comme toi, un an à ne penser qu'à lui, à m'interroger sur ma santé mentale. Un vide immense qu'il laisse ce mec, un gouffre même...

L'Imprudence, oui je crois aussi que c'est le grand message.

A bientôt

Écrit par : Oliver | 14/03/2010

Oui Yann, un grand merci, pour ce bel hommage fort émouvant !! Toujours difficile d'avoir les mots dans ces moments à donc; félicitation et merci pour les observations sur le site !
Content de te savoir fidèle de ces pages !!

Écrit par : Greggory Eess | 14/03/2010

Aucune voix ne remplacera la sienne, alors elle accompagnera notre avenir, serein.

Écrit par : Léa | 14/03/2010

Merci d'être la Léa, dans tous les moments... et que ne dure que les moments doux !

Écrit par : Etienne | 15/03/2010

13 Mars, 14 Mars, deux dates, Etienne, que tu n' oublieras pas pour ces deux grands hommes!
Voyageuse de passage,"petite" connaisseuse mais touchée par ces liens qui vous unissent autour de cette voix qui me fait vibrer.
Bravo à vous trois.

Écrit par : MAM | 15/03/2010

Les commentaires sont fermés.