website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2018

Bashung (enfin) de retour

bashungcouv.jpg

 

Hey les Volontaires,

Et voilà, enfin; enfin de retour !!

Je me disais bien que, ce n'était pas possible, partir comme ça, sans nouvelles; ça ne se fait pas...

Ca a commencé il y a quelques semaines, avec Immortels, mais Immortels, me faisait pleurer et me fait toujours pleurer d'ailleurs, alors je suis contraint de sélectionner avec attention l'endroit et le moment ou je vais l'écouter !

A quelques jours maintenant de la sortie de l'album En Amont, nous pouvons entendre "Elle me dit les mêmes mots" écrit par s'il vous plaît... Daniel Darc !! Si ça c'est pas de la pépite ! Ca vallait bien le coup d'attendre les gars, vous êtes pardonné ! 

Donc toi qui me lit, cours vite aujourd'hui chez ton libraire préféré, acheter Les Inrockuptibles, avec notre beau Dandy en couverture, et avec un petit CD dedans qui nous donne un avant-goût de l'album tant attendu !

Y'a même du Bertrand Belin dedans ce disque hé, c'est bien !!! 

Mais pour l'instant, tourne en boucle uniquement le premier titre :

"Elle me dit les même mots"

Comme ça fait du bien, et comment u manques c'est incroyable...

 

Et puis aussi tu sais l'Apache, je publie souvent sur la page FaceBook de MonsieurBashung; c'est plus simple et plus rapide, alors abonnes-toi comme ça on reste en contact : c'est ici MonsieurBashung sur FaceBook !!

 

Commentaires

Je connaissais Monsieur depuis ses début et écoutais ses chansons les plus connues, mais malheureusement pour moi je l'ai vraiment découvert après sa mort Je m'en voudrais toujours de ne pas l'avoir vu en concert

Écrit par : Lacoste michel | 15/11/2018

Répondre à ce commentaire

Salut Michel,

Oui, sur ce coup là, ça va être dur de gommer le regret... Bashung nous a accompagné tout au long de notre vie, et ça continue (encore et encore dirait Cabrel).
Il fut et reste là, présent, quelque part...

A très vite ici même !

GreggoryEess

Écrit par : GreggoryEess | 09/12/2018

Salut Greg, bonjour à tous,

Par où commencer ? Tant de choses à dire… ça fait tellement longtemps que je ne me suis pas exprimé sur Bashung, ni ailleurs, ni ici.
Beaucoup d'émotions depuis la parution d'Immortels. Beaucoup d'émotions, parfois contradictoires. Pourquoi maintenant, pourquoi si tard, pourquoi ces chansons, à priori recalées par Bashung himself ? Puis-je hurler ? Puis je aimer ?

Bientôt 10 ans que le Monsieur nous a quitté.
Bashung, m'a accompagné toute ma vie, intensément dans ce qui seront les dernières années de la sienne. Et puis, la maladie, sa disparition, le forum officiel, la naissance de ce site ensuite. Bashung toujours. Entretenir la mémoire, écouter, analyser, collectionner, idolâtrer, illustrer, détourner, partager etc... et puis un jour, comme pour une paire de santiag qu'on a tellement portée, les talons et les semelles ont fini par être usés. On les adore toujours, ce sont de si belles bottes, avec des montagnes de questions… mais une belle paire de baskets parfois, ça fait envie. J'ai eu besoin de revenir aux vivants, d'avancer avec eux.


Alors ce fût Darc, mais lui aussi est parti très tôt, trop vite. Alors des grands comme Higelin, comme Rachid Taha, comme Bowie qui eux aussi, ont fini par partir. Et puis d'autres, heureusement bien vivants comme Arno, comme Miossec, Dominique A, Albin de la Simone, King Krule etc...
La démarche est simple et salutaire. après Gainsbourg, il y eu Bashung ! Après Bashung, il doit bien y avoir quelqu'un.

Et voilà que fin septembre, après avoir, comme un idiot, tapé une enième fois, le mot Bashung dans Google Actualités, sont apparus des mots aussi dingues que Immortel, album posthume, En Amont… j'ai craqué, j'ai écouté et j'ai été bouleversé de réentendre cette voix sur cette chanson que je connaissais déjà. Ce fût magique, mais je ne me suis pas enflammé. La chanson est bonne, mais il fallait l'économiser, au moins jusqu'à la sortie de l'album annoncé.
Puis, est arrivée "Elle me dit les mêmes mots", chanson écrite par Daniel Darc pour Bashung: le summum, mon Graal. A partir de là tout à basculé, je n'ai plus rien économisé. Ca tourne en boucle. Quelle chanson, quelle voix, quelle interprétation. Putain qu'est ce que c'est bon !!!


Et depuis 24h maintenant, "En Amont" est en vie et Bashung est Immortel. Cet album est grandiose, cette voix est envoutante, peut être plus que jamais. Alors bien sûr, c'est un peu inégal, bien sûr, nous n'avons droit qu'au Bashung interprète. Il n'a rien écrit de ces textes et n'a même pas malaxé la matière sonore, son domaine d'excellence.

On ne saura jamais ce qu'il aurait pensé du travail remarquable d'Edith Fambuena. On ne saura jamais pourquoi il avait recalé ces chansons, qui pour certaines, il faut bien le dire avaient largement leur place sur Bleu Pétrole. Mais, nous avons Bashung l'interprète qui d'outre-tombe envoie tous nos contemporains dans les cordes. Quelle voix, quelle puissance, quelle détresse aussi, parfois.

Alors, je dis merci aux auteurs de ces chansons, je dis merci à Chloé Mons, je dis merci à Edith Fambuena et je dis merci à GregoryEess de continuer à entretenir la flamme ici même. Mais surtout, je dis merci et bravo, Monsieur Bashung.

Écrit par : Olivier | 24/11/2018

Répondre à ce commentaire

Cher olivier,

Le port des baskets n'a en rien changé ta plume. C'est un grand plaisir de te lire, vraiment. Longtemps oui, mais la surprise et la joie sont encore plus grandes, et, jamais, jamais nous nous étions donné de tempo... Moi aussi j'aime porter mes baskets, essentiellement Adidas pour ceux que cela intéresse, et j'en ai plusieurs; et en effet, je navigue entre elles... mais inlassablement, irrémédiablement, je retourne vers celle-ci, usées, déformée, qui me connaisse et que je connais par coeur, ça me réconforte et ça me protège des agressions extérieurs...

Bashung est cette paire de baskets, inusable, indémodable, si rassurante, si protectrice ! J'y reviens sans cesse, même quand sur l'étagère il y a à côté une nouvelle paire découverte il y a peu... Alors je l'écoute cette paire, je l'écoute mais, rien n'y fait, je retourne inlassablement à l'autre, celle qui me connait et surtout, que je connais sur le bout... des orteils (oui je sais facile).

En Amont fera l'objet d'un article bientôt (tout est relatif) le temps de digérer un peu mes écoutes encore quotidiennes. Tout ce que je sais, c'est l'émotion, l'émotion qui a été quand le premier titre est sortie... La même émotion qu'il y dix ans... Et il m'a fallu plusieurs écoutes et plusieurs jours pour canaliser cette émotion en écoutant ce morceau.

Ré entendre Bashung, le rêve, le Graal, le vrai bonheur, le vrai frisson... A commencer par cette divine association qui fait rêver et qui donne un des bijoux de cette album Darc/Bashung. Je reviendrai sur tout ça...

Un réel plaisir de lire encore une fois ! On peut être présent sans être là...

A très bientôt l'Apache..

Écrit par : GreggoryEess | 09/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire