website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2009

Encore une nuit sans Georges

Nuit sans Georges.jpg


Pour tous les fans de Bashung qui, par définition, sont des personnes de goût, amateurs de bonnes choses.

Lui même n'ayant jamais craché sur un p'tit verre, je dédie cette bouteille au chanteur disparu, mort de soif dans le désert de Gaby.

Je trinque à tous les buveurs de mots, enivrés de poésie, siffleurs de fonds de théière, slalomeurs, descendeurs, producteurs de Sylvanner.

A ta gloire, à ta grandeur, à ton art, à ton génie. A la tienne Monsieur Bashung...Ohoh ! I love you.



Lundi je passe l'oral sans Hardy
Fais naturel je crois qu'on est suivi
Je prête à confusion, elle me le rend mardi
Si tu me quittes est-ce que je peux venir aussi?

Encore une nuit sans Georges



Camping Jazz (Boris Bergman / Alain Bashung)
Passé le Rio Grande (1989)

détourné et posté par Olivier

20/06/2009

la tournée des grands.... ducs

3-photos-culture-musique-Bashung-1984_articlephoto.jpg
Parmi les êtres et les cèdres
Faire la tournée des grands ducs
La nuit de l'Epiphanie
Et puis les autres nuits
Tendre l'arquebuse
Jusqu'à me rompre

Au-delà, c'est le vide

Portion de frite.jpg

Car si la Terre est ronde
Et qu'ils s'y agrippent
Au-delà, c'est le vide
Assis devant le restant d'une portion de frites
Noir sidéral et quelques plats d'amibes

 


Comme un légo ( Gérard Manset )

Bleu Pétrole (2008)

dessin original (génétiquement modifié par mes soins) de Mr Yves Budin

 

détourné et posté par Olivier

19/06/2009

Les grands voyageurs que nous sommes

fin.jpg

Avec Bashung, ce qui est merveilleux, c’est qu’on voyage. Jamais loin du réconfort. Tantôt dans les landscapes gelés, à perte de vue, dans les rues au soleil de plomb de Bombay, le torse bombez. Que voulez vous, nous passerons d’autres lignes.

 

Cette notion de voyage, de dépaysement constant, autant par les paysages que par les situations, aussi bien dynamiteur d’aqueduc dans le Vercors, grand voyageur sur le quai d’une gare ou un junkie, toujours sur la ligne blanche.

 

Par delà les abysses, par-dessus les vergers on est transporté. Qu’on me disperse, qu’on me dispache,  qu’on m’évapore. Noir de monde, d’endroits, d’idéaux

 

Je me retrouve en Corée, au pays des matins calmes, le bruit incessant des bombes autour de nous. Je me retrouve en Scandinavie sans un bruit, à perte de vue des lacs gelés.

 

Je comprends vos questions, je comprends vos prisons. Ce sont des ruelles, des cris des rituels.

 

Allez sublimes inquiétudes, passez de sas en sas, loin du réconfort. Mais surtout, surtout, que vos visites ne s’espacent pas.

Arno et Bashung

bashungetarno.jpg

Le seul bien fait a être bloqué du dos depuis 4 jours avec obligation de rester allité, est de pouvoir lire un maximum, et voir un maximum de film.

De ceux vus et très attendus : J'ai toujours rêvé d'être un gangster. De Samuel Banchétrit.

Et bien mon avis est le suivant.... Déçu ! Malgré de nombreuses belles présences, et de certaines scènes sympathiques.

En revanche, énorme plaisir de revoir mes deux héros réunis pour cette superbe scène; quelle rencontre  !!! J'adore  !