website statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2009

Chatterton - Alain Bashung - 1994

chatterton.JPG
Le soleil est fracassant dehors, et grille les dernières forces qu'il me reste...

Vous avez déjà lu ça quelque part, et oui, je sais bien; aujourd'hui; je fais du plagiat.
Je dois bien avouer en effet, que le soleil frappe très fort, il est pourtant encore tôt, voilà pourquoi en ce dimanche de repos, je préfère le frais de mon appartement exposé plein sud, ce qui me permets de capter la forte lumière de ce beau soleil, sans souffrir des 28 degrès extérieur.

Mais là n'est pas l'essentiel de mon post, là n'est pas le sujet que je souhaite exposer, que je souhaite vous exposer. Voilà 15 jours de cela, après un grand parcours à vélo, je fais un stop dans un grand disquaire bien connu. Là, je vois, au détour d'un rayon anodin, des tas de vinyles. Je m'arrête, fouille, et sors Chatterton, beau comme un camion tout neuf et bien plus encore !
J'admire cet objet comme d'autres la Joconde au Louvre, je le palpe, sens l'émotion s'emparer de moi.
Unfortunately, is not possible for me to take it right now par peur de l'abîmer en route; et je remets donc mon achat à plus tard, suspendant jusqu'à hier soir date de l'achat, cette magnifique pochette dans mon esprit.
On aurait dit un Gosse, j'étais tout heureux !!

Voilà bien un bon mois maintenant, que Chatterton est l'album que j'écoute le plus, sans cesse. Parfois, je peux l'enclencher, deux trois, voir quatre fois d'affiler, ce n'est pas un problème. En vélo, ou bien à bord de mon décapotable, cheveux au vent, je me saoul de cet album (et des autres), de son ambiance, de ce phrasé et vocabulaire si particulier et élégant; je n'ai de cesse de m'en abreuver.
Alors, tomber sur l'édition vinyle fut un réel plaisir, une belle coïncidence.

Et c'est donc hier, hier soir, que j'eus enfin le temps, de me rendre chez ce disquaire que vous connaissez tous, pour pouvoir enfin, me procurer le Saint Graal !!!

"Quoi ma rétine, l'état de ma rétine n'a rien à voir..."

"J'ai un songe Une hypothèse Un projet de baise"

"À perte de vue Des lacs gelés Qu'un jour j'ai juré d'enjamber"

J'aime cet album comme tous les autres d'ailleurs, mais j'aime dans celui-ci, un phrasé que je trouve si particulier, comme quelque chose de classe, de... bourgeois; j'adore  !!!
Il y a comme quelque chose de...poetique.
Il y a cette trompette aussi, celle de Stéphane Belmondo, qui donne cette touche si particulière.
Puis cette pochette, cette pochette qui dorénavant trône sur le marbre de cette belle vieille et inactive cheminée, cette cheminée qui accueille déjà quelques Bashung, et quelques Gainsbourg.


***

IMGP4597.JPG

IL s'est passé deux drames ces derniers jours, que la presse internationale n'a pas juger bon de relever, et  qui  pourtant, ont causé un sacré désarroi au plus profond de moi.

Il ya quelques jours, en début de semaine/fin de semaine dernière, je m'apprête à une grande sortie en vélo, pour pouvoir extérioriser cette énorme fatigue, et ce grand "stress" engendré par mon travail quotidien et acharné en cette période de l'année.

Tout était au RDV, tout ! Soleil de plomb, bouteille d'eau, pneu surgonflé pour tenir la distance, itinéraire tracé jusqu'aux premières calanques; bref; tout était parfait  !

Je quitte donc mon logis, enfourche mon joli vélo, me mets en route, et tout en pédalant, je sors mon Ipod, qui comme vous le savez contient l'intégralité des albums de Bashung.

Et là, là, à ce moment précis, après avoir entendu les premiers accords de Chatterton, la révolutionnaire machine s'éteint !! Plus de batterie !! Le Drame  !!!!

Il n'était pas envisageable de décaler mon excursion, et j'ai donc du pédaler, grimper des cols et mater des culs, sans aucunes notes Bashungniennes dans le creux de mon tympan. Fort heureusement, mon esprit en est imbibé, donc, mon Roi à Moi n'était pas si loin que ça !!

Avant hier maintenant, soleil de plomd encore une fois. Cette fois-ci, envie de détente, de ballade. Mademoiselle au travail, je décide de sortir de son box mon petit joujou mécanique, afin de me faire un périple au travers au travaers de route sinueuse et agréable. Je me réjouis à l'idée du parcours : Marseille- Cassis via la route de Gineste (merveilleuse vue sur la mer)- Route des Crêtes (merveille là encore)- puis Cassis La Ciotat- puis La Ciotat Marseille, le tout par les petites routes sinueuses, dans la montagne, au dessus de la mer, avec des points de Belvèdere absolument somptueux.

Là encore tout était prévu, j'étais surexcité à l'idée de rouler avec Bashung pendant des heures, et là, au moment de brancher Dieu sur mon poste radio, no battery !!!!!

Je m'en suis voulu, c'était terrible, du coup, pas une note de Bashung; que de la radio ! D'ailleurs, j'ai beaucoup plus écouté les chevaux de mon engin dans ces routes sinueuses, que les accords des artistes roi des radios  !! Cette ballade fut grandiose, 86 km de route escarpées, de vue sur mer; mais pas une note de Bahsung  !! On peut pas tout avoir  !!!

Quant à aujourd'hui, je me vois bien attendre encore quelques heures au frais, avant de sortir faire un tour, une baignade; ou que sais je encore mais, ce qui est sûr c'est que aujourd'hui, la batterie de mon Ipod est... FULL !!!

IMGP4588.JPG

Un vrai dimanche à Tchernobyl

ostende.jpg
Un vrai dimanche à Tchernobyl.
Le soleil est fracassant dehors et grille les dernières forces qu'il me reste, mes derniers neurones aussi. Plus aucune connexion n'est cohérente et je me noie dans le marasme de mes prisons, dans cet mer imbuvable.
Aux equinoxes il arrive que je penche. Comme aujourd'hui cette cage invisible qui me retient mon corps semble trop petit pour me porter pleinement. Je divague, je sens que tout me nargue.
Seul face à tout, j'ai dut rêver trop fort.
Je vais aller me joindre à l'influence, c'est dimanche et le soleil déplace sa ligne mince sur le trottoir chaud.
Nous passerons d'autres lignes.
Faut espérer parce peu à peu tout me happe.

A story of passion

passion.jpg

27/06/2009

Résidents

enterrement-alain-bashung-vendredi.jpg
Un jour je sourirai moins
Jusqu'au jour où je ne sourirai plus
Un jour je voguerai moins
Peut-être le jour où la terre s'entrouvrira
Des atomes, fais ce que tu veux

26/06/2009

L’amour est encore de son ressort

J'ai fais une croix.jpg

J'ai fait une croix sur ses seins galbés
Rien n'y fait, rien n'y fait
L’amour est encore de son ressort

 

Après avoir avoir passé la douane avec Eddy par un bel après-midi, comme nous l'avait si bien narré Mr Greggory Eess ici-même. Voici donc, mesdames et messieurs, ladies and gentlemen, le grand retour de notre chère amie Léonie !

Hélas pour ces messieurs, à la demande de plusieurs associations puritaines, le comité de censure bashungien se devait d'intervenir. Alain Bashung ayant, lui aussi décrété dans "L'Imprudence" qu'il fallait faire monter l'aventure au-dessus de la ceinture, la rédaction du site a décidé, à l'unanimité (ou presque), d'appliquer cette sage philosophie. Il est évident qu'il en va de son sérieux et de sa crédibilité.

Merci de votre compréhension.

 

Léonie a le torticolis
Léonie a descendu la nuit
Léonie monte sur son pony
Ici y’a moi, ici y'a moi
Elle n'est pas là

Du haut du mât
La vigie me crie terre
Elle révise deux ou trois mousquetaires
Vilenies tout ce qu'on nous dit
Sur Léonie


Novice ( 1989)
Elle Fait L'avion (Boris Bergman / Alain Bashung)

 

posté par Olivier