website statistics

10/11/2012

Des signes, un peu plus au Sud

DSC00732.JPG

 

Beaucoup de temps que je n’avais pas repris la plume ici. Non que je boudais les hymnes aux vertiges et aux trains à travers les plaines. Seulement une vie remplie de nouvelles choses, de nouveaux horizons qui accaparaient mon esprit. Cependant, un événement minime peut relancer la machine et c’est pourquoi je vous écris ce soir.

Le weekend dernier, je profitais de la fête des morts pour mettre cap avec celle qui partage ma vie vers le Luxembourg. Une destination à laquelle je n’avais jamais songé, jusqu’au moment ou il fallut trouver une destination de weekend. Nous quittions donc notre Babel de capitale pour le petit pays.

Un pays vivant avec et de son histoire, moins de cent-mille habitants dans la capitale, la nature à perte de vue et les ruines partout de château, d’histoires et d’époque disparues. Le premier symbole, gravé sur le verre d’une des modestes tavernes du hameau de Rochefort. Ces quatre chiffres qui reviennent régulièrement et étrangement dans ma vie quotidienne. 2043, gravé sur le verre cerclant mon doux breuvage, cela me laissait songeur.

D’autant que ce village entier est un mystère, comme dans les légendes transylvaniennes, le château se dresse au sommet des toits noir de gris, un chat possédé semble garder un hôtel à l’ambiance du Shining Kubrickien et une marche musicale étrange prend place la nuit d’après, menée par une petite trentaine de locaux. Nous contemplions sans vraiment chercher à comprendre, appréciant le mystère et la beauté des choses inconnues et étranges.

Dimanche, nous regagnions notre contrée d’adoption. Sur le siège passager, je me démène pour trouver des radios potables, tentant d’éviter les débats dans des langues que malheureusement je ne maîtrise pas. J’en trouve une correcte et inconnue au bataillon. Quelques morceaux passent et puis soudain, l’oreille se tend. Dès l’entame, cette guitare répétitive et crâneuse, sentant le déhanché, le martini, le feutre vissé sur le crâne. Loin des Joséphines et petites entreprises qui passent généralement sur les ondes, c’est « Elegance » que l’on m’offre sur un plateau.

Il y a toujours des signes, venant du ciel orageux ou plus bleu, des clins d'oeils que l'on sait reconnaître et s'approprier pour mieux poursuivre le chemin.

Y seras tu, y seras tu...

11:23 Écrit par Etienne | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

16/10/2012

S.O.S. Amor

 

Suite à la demande de l'auteur du cliché utilisé pour ce post (que nous n'avions pas cité), nous supprimons cette illustration détournée.

Apologize si gêne il y a eu !

Elle sera bientôt remplacée...

 

 

 

J'ai des faims de toi difficiles
des jours ça veut pas rentrer
T'as fouillé mon baise-en-ville
Ca je peux pas saquer
En voulant nettoyer mon fouet
Bêtement le coup est parti


Ton cri était presque parfait

Ton cri était presque parfait


podcast

S.O.S. Amor ( Alain bashung- Didier Golemanas / Alain Bashung )

Passé le Rio Grande ( 1986 )


Détourné et posté par Olivier

02/10/2012

Apache- Création 2013

 DesdefisareleverPierreTerrasson60.jpg

Bonjour à tous les Indiens,

Un nouveau spectacle de danse est actuellement en préparation autour de l'oeuvre d'Alain Bashung. Il sera le fruit d'une rencontre entre le chorégraphe Hamid Ben Mahi et le guitariste virtuose Yann Péchin, fidèle musicien de notre regretté Apache. 

Je vous laisse découvrir dans l'article qui suit, les origines, les ambitions, le fond et la forme de ce "concert corporel" .


Ancien Titre : Des Défis A Relever

Pièce chorégraphique pour sept danseurs
Sur les oeuvres musicales d’Alain Bashung

Apache n’est pas une biographie d’Alain Bashung, encore moins le récit de ses morceaux. Apache est la réunion de deux cultures en apparence contrastées : le Rock et le Hip Hop. Les danseurs nous racontent l’histoire d’une communauté résolument inscrite dans notre présent. Au sein du groupe, les codes et les repères sont admis. Mais quelle communauté reste inerte aux sentiments, aux débordements de ses individus ? Au son des volutes rock, les corps hip hop se métamorphosent, développent une gestuelle nouvelle, marquée par la présence de l’autre. Jalousie, amertume, tendresse…

Les nappes sonores, si caractéristiques au monde de Bashung, accompagnent ce concert corporel. Les oeuvres musicales du chanteur, réadaptées par ses propres musiciens, constituent la toile de fond de cette histoire, en dessinent le cadre. Les protagonistes d’Apache sont comme chargés d’un passé et d’un avenir communs, d’un cercle vertigineux dont ils peinent à se défaire.

C’est l’occasion de décloisonner la danse hip hop, d’oser braver les tabous de la culture urbaine (sensualité, sexualité, fragilité…), de poursuivre le métissage des danses, d’amener les publics à appréhender différemment la danse hip hop, à avoir une autre vision, une meilleure approche de l’univers artistique du chorégraphe.

Création le 19 janvier 2013 au Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France.


“ Une rencontre au sommet, un concert corporel hip hop et électrique : c’est ce que proposent le chorégraphe Hamid Ben Mahi et le guitariste Yan Péchin. Les volutes, les couleurs ou l’acidité des cordes trouvent dans le mouvement une résonnance particulière. Matières et énergies se croisent, au carrefour des élans vers lesquels Hamid Ben Mahi sait emmener sa danse, creusant depuis plus de dix ans un hip hop singulier. Cette rencontre improbable avec le guitariste de Bashung nourrit la recherche du chorégraphe autour de l’univers du chanteur, point de départ de sa prochaine création en janvier 2013 au Théâtre Louis Aragon.”
Production : Cie Hors Série, en résidence au Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée danse de Tremblay-en-France, avec le soutien du département de la Seine-Saint-Denis.

Bashung l'Apache.jpg

 

Un programme plutôt alléchant, n'est-ce-pas ? Et bien sûr, un immense plaisir de voir Yann Péchin, l'Avant Dernier Mohican, associé à ce projet et faire ainsi perdurer la mémoire d'Alain Bashung.

Vous trouverez, cet article, les partenaires, les dates et les lieux de la tournée "Apache" sur le site de la Compagnie Hors Série ici: http://www.horsserie.org/

 

A bientôt, Olivier,

17:43 Écrit par Olivier | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook

07/09/2012

Quelques clichés sur Bashung and Co... Par Pierre Terrasson !

chapeau Mr Bashung.jpg

 

Hug les Apaches,

Pour les Apaches Parisiennes et Parisiens, pour nos lectrices et lecteurs de partout et d'ailleurs, MonsieurBashung.com vous propose une exposition haute en photographie (Bashungnienne notamment) !

A compter du 13 Septembre, au 35 rue de la Condamine dans le 17éme arrondissement Parisien métro La Fourche, la galerie Batignolle's ART expose Pierre Terrasson ! Autour du Polaroïd; retrouvez Bashung, Gainsbourg, Phillipe Léotard et bien d’autres...L'expo est totalement dédiée au Polaroïd, et s'adresse aux collectionneurs et collectionneuses prêtent à casser leur cochon de tirelire, pour acquérir un cliché Unique ! Deux Pola' du Bash seront en vente; Avis aux Amateurs!!! 

Co auteur avec Alain Wodrascka du bel ouvrage Dandy des matins blêmes au édition Didier Carpentier, Pierre Terrasson est l’auteur de fameux clichés sur notre Apache préféré et sur papa Gainsbourg, et sur de nombreuses autres stars planétaires Légendes du Rock ! Pour illustrer mes propos, je sortirai de ce chapeau plein de beaux clichés, deux d'entre eux qui à coup sûr, vous parleront:

gainsbourg-appareil-pierre-terrasson[1].jpg

 

Bashung_1982.jpg

 

Puis pour en revenir au livre Dandy des matins blêmes, achetez-le, et empressez-vous de l’ouvrir pages 64-65, pour découvrir un de mes clichés préférés réalisé par Pierre Terrasson dans ce bouquin: Une photo en double page, Bashung sur scène, tout de cuir vêtu, lunettes noires, vue d’ensemble sur la scène, les projos se croisent pour se retrouver sur le Bash, tête inclinée en arrière, guitare à la main, puissance et noirceur en vue aérienne... J’adore, je suis Fan de ce cliché pris sur le « Tour Novice » sublime live, indémodable, intemporellement rock !!!!  

Alors pressez-vous, bande de tête d’Apache et de Chou, rue de la Condamine, pour y traîner vos boîtes crâniennes, et en prendre plein vos rétines !! Quoi ma rétine ? L’état de ma rétine n’a rien à voir...

En Résumé :

Pour tout savoir sur cette exposition autour du Polaroïd : Batignolle's ART

Pour en savoir plus sur : Pierre Terrasson

Petit rappel sur Dandy des matins blêmes (cliquez pour agrandir) :

AR-M351U_20100315_143013-1.jpg

 

 

 

 

 

 

27/08/2012

La fermer, se taire

Mesamours..jpg

 

Langue de vipère.jpg

 

 

Je me dore ( Alain Bashung- Jean Fauque / Alain Bashung- Ludovic Bource )

L'Imprudence ( 2002 )